« J’essaierai de ne plus chanter à tue-tête »

18 mars 2009

Certaines chantent dans leurs salles de bains, elle chante au bureau. Ce qui ne l’empêche pas de se livrer à des activités beaucoup plus substantielles, en bonne juriste qu’elle est. Les tables de la loi, elle connaît, même si elle a aussi découvert au Pineau les lois de la table, épicurisme oblige.
claire_floch.jpgLes administrateurs du Comité ont bien essayé de « mettre un coq dans le poulailler » – Christophe Thomas, directeur du Comité de 1998 à 2000 – mais finalement, c’est à une « joyeuse bande de filles » qu’ont été remises les clés de la maison Pineau, ne serait-ce la présence incontournable et essentielle de Sébastien Archambaud, directeur du Syndicat des producteurs. Après un DESS de droit des affaires et de fiscalité et une année passée dans sa région d’origine, la Dordogne, Claire Floch effectue un premier « septennat » en Charente-Martime, jusqu’en 1992. Elle occupe alors le poste de conseiller juridique à la FDSEA 17. Et qui l’a recruté ? Christian Baudry. Dominique Bussereau a revisité avec humour l’entretien d’embauche. « Claire Floch faisait preuve d’une grande vivacité d’esprit mais d’une totale ignorance de la fiscalité agricole. Une qualité pour Christian Baudry. Comme lui savait tout, il n’avait pas envie de recruter quelqu’un qui en savait plus que lui. » Et toc ! Sept ans plus tard, mademoiselle Floch ne fait pas flop mais pling. Elle rebondit en partant diriger une ADIL (association départementale pour l’information sur le logement) à Pau, dans les Pyrénées-Atlantiques. C’est là que Christian Baudry, toujours lui, viendra lui suggérer de déposer sa candidature quand se libérera le poste de directeur du Comité. Entendons à ce propos le beau compliment adressé par le professionnel à « l’administratif » : « J’ai trouvé en elle un interlocuteur capable de traduire mes idées en un français compréhensible même pour moi. » Fin 2000-début 2001, Claire Floch rejoint donc les rangs du Pineau où elle travaille en complémentarité avec les administrateurs du Comité, président en tête. Elle dit d’eux « qu’ils donnent sans compter ». Esprit doué d’une grande curiosité intellectuelle, Claire Floch apprécie les voyages au long cours mais cultive aussi son jardin, dans son village de Dordogne.

A lire aussi

L’appel à l’aide de l’US Cognac Rugby

L’appel à l’aide de l’US Cognac Rugby

C'est un constat qui a fait le tour des médias, sportifs ou non: l'US Cognac va très mal. Malgré les efforts de Jean-Charles Vicard pour tenter de redresser la barre, le club se retrouve dans une difficile situation financière.  La direction a de fait décidé d'envoyer...

error: Ce contenu est protégé