Circuit de visite Hennessy

13 juin 2016

On ne pouvait pas s’attendre à moins d’Hennessy. La grande maison de Cognac insuffle une vision contemporaine à son nouveau circuit de visite, à tous les stades – savoir-faire, dégustation…- sans perdre le fil de la tradition et de l’héritage. Un équlibre savamment  dosé.

En 1996, la création du bâtiment Wilmotte sur les Quais de Charente avait inauguré la version moderne de l’oenotourisme chez Hennessy. Mais en 20 ans, les mentalités ont évolué, les aspirations des visiteurs aussi. Il faut se renouveler. Les équipes d’Hennessy ouvrent le dossier il y a trois ans. C’est Cécile François, directrice de la communication institutionnelle, qui pilote le projet avec l’appui de Raphaël Gérard, responsable Patrimoine et Action culturelle. Précision de Bernard Peillon, PDG de la société – « Pour nous, il s’agissait d’un projet clé, s’insérant totalement dans le Plan directeur de la maison. » L’inauguration du nouveau circuit de visite Hennessy a eu lieu le 19 mai dernier, en présence de nombreuses personnalités, dont le préfet de Charente.

 

Une visite à "360°"

 

Classique dans son déroulé – découverte de l’histoire de la maison, approche des savoir-faire, immersion dans un chai de vieillissement, rencontre avec le produit via la dégustation et la boutique – le circuit renouvelle l’approche par une complète fusion entre l’esthétique contemporaine et le propos, une plongée « à 360° » dans l’univers du Cognac et de la maison Hennessy.

Le parcours débute sur les marches du bâtiment Wilmotte, en tout cas ce jeudi 19 mai. Une poignée de minutes sur le bateau électrique – on en profite pour faire un rond dans l’eau et découvrir « vue d’ailleurs » la perspective sur les tours de Cognac – et nous voilà Chais de la Faïencerie, de l’autre côté de la Charente. Dans ce chai historique de la maison de Cognac qui abrite le Paradis (le vrai, celui que l’on ne montre pas aux touristes), un premier chai, le premier à gauche a été complètement réinvesti. On le nomme désormais « le chai des Pavillons ». Ce n’est pas tout à fait « Le rêve dans le pavillon rouge » – un sommet de la littérature chinoise – mais la poésie n’y est pas étrangère. Pourquoi le chai des Pavillons ? Parce que trois espaces comme trois cubes sculptent l’intérieur du bâtiment. Le premier espace, tout de noir vêtu, est voué à la vidéo. Un jeu d’images enserre le spectateur et lui raconte l’histoire de la maison, de Richard à la prohibition en passant par ces générations d’Hennessy se télescopant avec ces générations de Fillioux pour écrire la saga du 250 ème anniversaire. En noir et blanc, le langage graphique est élégant, le ton enlevé. Rien d’ostentatoire ni d’empesé. Dans ce chai resté chai par le parti pris esthétique de l’architecte Yves Kneusé, le visiteur se meut dans une atmosphère sombre et fraîche pour rejoindre le deuxième pavillon. Ici, changement de style. Le bois blond du chêne des douelles et le cuivre de l’alambic, le tout suggéré, nous introduisent dans le monde de l’élaboration. Un film, en cours de finalisation, relatera l’épopée viticole. Le scénographe Benoît Munoz a beaucoup travaillé sur l’une des animations phare du circuit, le cycle de la distillation. Sur un grand mur noir, les fluides circulent entre chaudière, chapiteau et pipe en autant de cycles qu’il faut. La part des anges s’évapore comme les feuillets d’un livre. D’autres circuits de visites proposent ce type d’animation. Celle-ci, très visuelle mais peut-être un poil technique, méritera d’être accompagnée du commentaire du guide.

 

Le geste des tonneliers

 

Le coup de cœur, il est juste à côté, dans la partie du pavillon réservée à la tonnellerie. Plans larges, plans serrés…les gestes des tonneliers se répondent, dans un silence de cathédrale juste griffé par l’outil qui mord le bois…et c’est magique. De cete « expérience immersive » se dégage une vraie émotion. Arrive le dernier pavillon, tellurique, grondant et rugissant. La structure d’acier brut, aux angles vifs et aux grands aplats, tranche avec la douceur organique du bois et du cuivre. Nous rentrons dans le monde global, à la fois attirant et déroutant, des marchés. Autour d’une boule planisphérique, les visiteurs sont conviés à découvrir les expériences de la marque, ses succès, ses audaces. La visite se poursuit par la traditionnelle traversée d’un chai de vieillissement et sa litanie de barriques, histoire de se pénétrer du temps suspendu qui forge le Cognac. Un mini-paradis abrite quelques eaux-de-vie rares dans leurs bonbonnes paillées.

 

"L’art de la dégustation"

 

Puis cap sur la rive gauche. Nous rentrons à Quais pour découvrir « l’art de la dégustation ». Dans ce qui peut être interprété comme le bureau du maître assembleur mais abordé de façon très contemporaine et symbolique, on vous expliquera les fondamentaux de cet exercice mystérieux et subliminal. Place ensuite à la pratique dans une vraie salle de dégustation, à l’esthétique très soignée. Sans frein ni obstacle à la circulation s’ouvre enfin la boutique, grand espace pas seulement marchand mais aussi narratif, totalement dans l’esprit de la maison de Cognac. Cette boutique scénographiée propose la collection complète des flasks, bouteilles et carafes Hennessy vendus partout sur la planète, y compris les éditions limitées les plus iconiques comme Beauté du siècle ou Hennessy 8, l’opus créé pour le 250 ème anniversaire. Avis aux collectionneurs : la boutique renferme plus  de 200 références. Cette exhaustivité en fait un lieu unique au monde. C’est le designer Benjamin Graindorge qui s’est chargé de la conception du lieu. Une réussite qui installe les Visites Hennessy dans le temps présent et même un peu au delà. Ce qu’a d’exprimé sans fausse pudeur Bernard Peillon – « Dans la maison, nous aimons bien dire que nous avons un petit quart d’heure d’avance. » Pour ses visites, la maison attend 35 000 visteurs par an.

 

 

 

 Cognac : Des activités réinvestissent le centre ville

 

 

La Richonne, 

le cœur historique de la maison Hennessy, abritera prochainement la tonnellerie, antérieurement située sur le site de La Haute Sarrazine mais aussi l’atelier prestige de mise en bouteilles dédiées aux éditions rares. Pour la société, il s’agit de multiplier les territoires d’expression sur un lieu appelé à connaître une fréquentation touristique en hausse (la société attend 35 000 visiteurs par an). C’est aussi une façon de « redonner du sens » à un centre-ville de Cognac de plus en plus déserté par ses industries, sous l’assaut des normes.

 

 

Pratique

 

Les visites Hennessy sont ouvertes toute l’année

 

Groupe de 25 personnes maximum

 

Tarifs 

 

Visite Signature : 16 € – visite XO : 30 € – visite Prestige : 56 €

 

Dégustation : selon les visites, 2 fois 3 cl de VS / VSOP – XO – XO / Paradis

 

Horaires de visites

 

     D’avril à fin octobre : tous les jours de 10 à 17 h

 

Langues : français, anglais, espagnol, allemand, russe, chinois

 

Boutique ouverte de 10 h à 19 h

 

     De novembre à mars : du mercredi au dimanche, visites à 14 h et 16 h

 

Langues : français, anglais

 

Boutique ouverte de 14 h à 18 h

 

 

 

 

 

A lire aussi

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Guillaume Chaubenit adhére au Collectif 30 000 Martell. Il a choisi de tester le programme LUMA, un programme phytosanitaire sans DSR, avec des produits 5m pour les ZNT. Changement de pratiques, année à pression forte pour le mildiou, ce jeune viticulteur, confiant...

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

error: Ce contenu est protégé