Publicité

Un Statut d’Association, En Attente De…

20 février 2009

mme_bretagne.jpg

Janine Bretagne.

Les spécificités régionales plaident pour une interprofession moûts et vins charentaise de plein exercice. Mais, auparavant, quelques préalables réclament d’être levés. Explications de Janine Bretagne, responsable du Bureau «production, qualité, sécurité et environnement» au BNIC.

« Le Paysan Vigneron » – D’un point de vue « lexicographique », n’est-il pas abusif de parler de Comité interprofessionnel des moûts et vin du bassin viticole des Charentes (CIMVC) alors que la structure n’a, pour l’instant, qu’un statut d’association loi 1901 ?

Janine Bretagne – Ce n’est pas contradictoire. Il faut savoir qu’une interprofession, à la base, n’a d’autres choix que de se créer sous la forme associative ou sous la forme syndicale. C’est la première marche. Dans notre cas, il n’y a aucun problème à ce que l’association « mère » se nomme CIMVC, Comité interprofessionnel des moûts et vins de Charentes.

« L.P.V. » – Dans le processus de création d’une interprofession, en quoi consiste la seconde marche ?

J.B. – Il faut qu’un arrêté ministériel reconnaisse l’existence de l’interprofession constituée en association ou en syndicat X ou Y. Le problème, c’est qu’il ne peut y avoir deux interprofessions pour un même produit. Or l’ANIVIT est l’interprofession nationale compétente pour tous les vins de table, y compris ceux des Charentes.

« L.P.V. » – La cause est donc entendue.

J.B. – Ce n’est pas si simple. Si le domaine de compétence de l’ANIVIT touche aux vins de table, le spectre du CIMVC dépasse largement cette seule catégorie de produit. Il couvre les vins de pays, les moûts pour jus de raisin, les moûts concentrés, les vins vinés. Pour être cohérente, en Charentes, une structure interprofessionnelle « Vins » se doit de chapeauter tous ces produits, car ils sont largement interdépendants. D’une année sur l’autre, ils joueront un rôle un peu indifférencié, les destinations jus de raisin d’une campagne pouvant se transformer en destination moûts de vinification la campagne suivante. C’est pour cela que le cadre ANIVIT, décliné par exemple sous la forme d’une délégation régionale, paraît par trop restrictif et inadapté à notre secteur d’activité. Par ailleurs, spécificités et création de «bassin» obligent, l’idée n’est pas de faire valider des décisions de gestion régionales par une entité nationale.

« L.P.V. » – Quelle réponse ?

J.B. – A priori, la solution pourrait venir d’une réforme législative. La région va sans doute monter un dossier dans ce sens auprès du ministère de l’Agriculture. L’ANIVIT émet des préventions, que l’on peut comprendre. Cependant, il est à souhaiter qu’un terrain d’entente soit trouvé. Le président du CIMVC, Hervé Pogliani, a invité la directrice et le président de l’ANIVIT à venir à Cognac pour poursuivre les discussions.

« L.P.V. » – Dans quel délai la question pourrait-elle se régler ?

J.B. – Il n’y a pas d’urgence. L’interprofession Vins et moûts telle qu’elle se dessine en Charentes trouvera sa véritable expression qu’une fois lancé le système d’affectation parcellaire. Nous disposons donc de quelques mois pour faire avancer le dossier, sans heurts et dans le respect des intérêts de tous.

 Composition Du CIMVC
Vins de table, vins de base mousseux, jus de raisin, vins vinés…
Le Comité interprofessionnel des moûts et vins du bassin viticole des charentes (CIMVC) est la nouvelle entité paritaire des vins autres que ceux destinés au Cognac et au Pineau.
Son conseil d’administration compte dix viticulteurs et dix négociants, émanant de quatre syndicats, deux viticoles et deux du négoce. En plus du bureau vont fonctionner quatre commissions de travail.

Bureau du CIMVC

Président : Hervé Pogliani – Vice-président : Guélin Philippe
Trésorier : Enet Jean-Jacques – Trésorier adjoint : Isidore Jean-Pierre
Secrétaire : Duran Loïc – Secrétaire adjointe : Laprée Véronique
Membres : Bonnarme Xavier, Lassalle Bernard.

Commissions de travail

Commission « politique de la production » : Baraud J.-C. (président) – Latreuille X. (vice-président).
Commission technique et scientifique : Duran L. (président) – Chaussat J. (vice-président).
Commission financière et budgétaire : Isidore J.-P. (président) – Bonnarme X. (vice-président).

Conseil d’administration du CIMVC

Collège du négoce
Syndicat charentais des négociants en vins et moûts : Isidore Jean-Pierre (Ets Isidore) – Bernard Lassalle (Die du Maine-au-Bois) – Hervé Pogliani (Die Charentaises) – Vincent Painturaud (Syntéane) – Charpentier Marie-Claire (Die Charpentier) – Gilles Merlet (Die Merlet) – Duran Loïc (Die du Vieux-Chêne).
Syndicat des élaborateurs de vin viné et distillateurs agréés : Latreuille Xavier (Ets Latreuille) – Naud Jean-Michel (Die de La Tour) – Nau Bernard (Sté des vins et eaux-de-vie).
Collège de la viticulture
Syndicat général des vignerons : Baraud Jean-Christophe – Bonnarme Xavier – Lys Franck – Laprée Véronique – Chaussat Joël.
Syndicat des producteurs de vins de pays charentais : Benassy Jean-Claude – Enet Jean-Jacques – Guélin Philippe – Mariau Jean-Pierre – Quéré-Jélineau Caroline.
Commission communication et promotion : Quéré-Jélineau C. (président) – Painturaud V. (vice-président).

A lire aussi

Le Paysan Vigneron diversifie ses prestations annexes

Le Paysan Vigneron diversifie ses prestations annexes

Vidéos d'entreprise, événements, manifestations... Le Paysan Vigneron diversifie ses services et ouvre à tous ses prestations annexes. Grâce à du matériel de prise de vue professionnel incluant un drone, vous pourrez vous mettre en valeur sous un angle inédit. Tous...

Flavescence dorée: les premières dates de traitement insecticide connues

Flavescence dorée: les premières dates de traitement insecticide connues

L'arrêté officiel de la Région Nouvelle-Aquitaine concernant le traitement insecticide contre la flavescence dorée n'a pas encore été publié, mais les deux premières dates sont d'ores et déjà connues ; cela commence dès le 13 juin. Il est à rappeler que ce traitement...

PAC 2023 : la France veut-elle un « Frexit » agricole ?

PAC 2023 : la France veut-elle un « Frexit » agricole ?

Selon Eric Andrieu, député européen, la Commission européenne est largement insatisfaite du Plan Stratégique National de la France (PSN) proposée par la France pour la mise en oeuvre de la nouvelle PAC à partir de 2023, et l'invite à revoir sa copie. L’actuel Ministre...

error: Ce contenu est protégé