Moët Hennessy embarque sur la Frégate de La Fayette

13 mars 2009

hermione_8_opt.jpegLe 20 juillet, Christophe Navarre, président de Moët Hennessy, a signé une convention de mécénat avec l’association « L’Hermione en Amérique ». Par fûts d’eaux-de-vie interposés, la société de vins et spiritueux embarquera pour le voyage inaugural de la frégate prévu, si tout va bien, en 2012.

 

 

 

 

Excusez du peu. C’est en présence de l’ambassadeur américain en France, Craig R. Stapleton, qu’a été signé l’accord de mécénat entre le groupe LVMH et le représentant de l’association « L’Hermione en Amérique », François Bujon de l’Estang. Cette opération s’est accompagnée le même jour d’un jumelage des Quais Hennessy et du Quai de l’Hermione, avec inauguration conjointe de plaques commémoratives. La contribution financière de Moët Hennessy est prévue de courir sur les quatre dernières années du projet. Elle va muscler la part du partenariat privé, jusqu’alors discret. Car l’essentiel du financement provient des collectivités territoriales (40 %) et de la billetterie (40 %), avec ses deux millions de visiteurs en dix ans. Lancé sans un sou de fonds propres en 1997, le chantier de construction de l’Hermione coûtera au final 16 millions d’€, dont 14 millions d’€ d’ores et déjà acquis et 2 millions d’€ encore à trouver. Reste aussi à financer le voyage, pour un budget estimé à 5 millions d’€, entre les équipements de navigation, le voyage transatlantique proprement dit et le séjour aux Etats-Unis. Si tout se passe bien, c’est en mars 2011 que devrait être mise à l’eau la frégate, pour un voyage inaugural en 2012. Objectif de l’association : que le bâtiment soit présent à Boston le 4 juillet 2012, le jour de l’Independence day. Car, personne ne l’ignore, l’Hermione a partie liée avec l’histoire américaine. C’est pour annoncer au général Washington l’arrivée imminente de renforts français dans la guerre d’indépendance américaine que le jeune marquis de La Fayette, colonel du régiment du Roi, monta à bord de l’Hermione le 10 mars 1780 à Port-des-Barques. Le 27 avril 1780, il débarquait à Boston, sur la côte est des Etats-Unis. Après la capitale du Massachusetts, le voyage de l’Hermione 2012 devrait se poursuivre par New York et, espère-t-on, le Québec. Dans sa cale, la frégate emportera quelques fûts de très vieilles eaux-de-vie Hennessy ainsi que de rares millésimes. A l’arrivée, ces flacons de collections seront vendus aux enchères au profit d’associations caritatives engagées dans la construction de vieux bâtiment français détruits lors du passage du cyclone Katrina, à la Nouvelle-Orléans. Le 20 juin dernier, Christophe Navarre, président de la branche vins et spiritueux de LVMH, a célébré les valeurs communes que partageaient le projet culturel de l’Hermione et son groupe : esprit de conquête, travail d’équipe, valorisation des métiers d’art. « La construction d’un bâtiment de patrimoine est un symbole qui fait sens » a-t-il dit, en n’oubliant pas d’évoquer l’amitié franco-américaine portée par le projet. Pour un groupe qui réalise une grosse part de son activité outre-Atlantique, quel meilleur symbole de la réussite française aux « States ». Contemporain de La Fayette, l’Irlandais Richard Hennessy aurait pu choisir de s’embarquer sur une réplique de l’Hermione. Il opta pour le Cognac.

A lire aussi

Grand Cognac présente au public son projet de PLUI

Grand Cognac présente au public son projet de PLUI

Grand Cognac organise 4 réunions d’information et une exposition pour présenter la traduction règlementaire du projet de PLUi, autrement dit les règles générales qui s’appliqueront à tout projet de construction, une fois ce futur document en vigueur. La première...

error: Ce contenu est protégé