Brèves

17 mars 2009

Jean-François Quenin, Nouveau Président Du Conseil Des Vins

Jean-François Quenin vient d’être élu président du Conseil des Vins de Saint-Emilion. Il succède ainsi à Hubert de Bouard, président depuis 1999, qui n’a pas souhaité voir son mandat renouvelé. Ce dernier restera cependant très actif au Conseil des Vins et continuera à être présent dans les instances bordelaises et nationales. Agé de 59 ans, Jean-François Quenin est marié et père de 3 enfants. Diplômé d’HEC, il devient en 1996 exploitant viticole autant par intérêt professionnel que par choix d’un style et art de vivre. En 1997, il achète le Château de Pressac à Saint-Etienne-de-Lisse. Très impliqué dans la vie collective du Conseil des Vins de Saint-Emilion, il est responsable de la Commission Promotion Etranger, président de l’Union des Syndicats Saint-Emilion – Pomerol – Fronsac depuis juillet 2007 et est également Jurat de Saint-Emilion depuis septembre 2003. Il entend mener sa mission dans la continuité d’Hubert de Bouard, tant sur le plan technique et qualitatif que du maintien de la cohésion des appellations du Conseil des Vins, dans le respect de sa diversité, autour d’un syndicat actif. Celui-ci aura notamment à mettre en place en 2008 un nouveau système de contrôle de la qualité, en partenariat avec l’organisme d’inspection Qualibordeaux, sur la base du nouveau cahier des charges des appellations Saint-Emilion et Saint-Emilion Grand Cru, Lussac Saint-Emilion et Puisseguin Saint-Emilion. Mais sa priorité ira au développement de la promotion des vins de Saint-Emilion, le Conseil des Vins se devant, dans les années à venir, d’intensifier sa communication vers les marchés traditionnels (France et Europe) mais également les marchés extérieurs tels que le continent américain et l’Asie.

(Source : « La Journée vinicole »)

Concours de bordeaux vins d’aquitaine le palmarès est en ligne

984, c’est le nombre de vins médaillés samedi 10 mai au Concours de Bordeaux – Vins d’Aquitaine 2008.

270 médailles d’or, 422 d’argent et 292 médailles de bronze ont été attribuées. Le palmarès est en ligne sur le site www.concours-de-bordeaux.com avec la possibilité de consulter les résultats par appellation, par millésime, par couleur de vin, par couleur de médaille… et même de croiser ces différents critères.

Pour les viticulteurs, obtenir une médaille au Concours de Bordeaux constitue un véritable avantage commercial. C’est le cas à l’export, avec des pays comme le Japon et l’Allemagne particulièrement friands de récompenses. C’est également vrai en France où 80 % des vins sont vendus aujourd’hui en hyper et supermarchés. Là où l’offre peut apparaître complexe et peu lisible… La médaille constitue un critère de choix pour les acheteurs et les acheteuses, en quête de repères pour ne pas se tromper. Mais attention, tous les concours ne se valent pas en terme de fiabilité. Celui de Bordeaux est certifié ISO 9000 – version 2000 pour son organisation…

Les Appellations d’Origine s’Inquiètent De l’OCM Unique Et Appellent à Préserver Les Vins De Terroir

La Confédération nationale des producteurs de vins et eaux-de-vie à AOC (CNAOC), la FEDERDOC (Italie) et la CONFERENCIA (Espagne), les trois plus grandes organisations de producteurs de vins d’appellation d’origine de l’UE, se félicitent de l’adoption par le Conseil du texte du règlement sur l’OCM viti-vinicole (LJV du 2 mai 2008). Toutefois, les producteurs de vins d’appellation sont préoccupés par les discussions sur la mise en place de la nouvelle OCM et s’inquiètent de la volonté de la Commission européenne d’intégrer progressivement le secteur vin dans le cadre de l’OCM unique. Les décisions qui seront prises dans les prochains mois sur les règlements d’application de l’OCM et sur l’utilisation des enveloppes nationales auront un impact décisif sur la capacité du secteur à se dynamiser.

La Commission doit présenter fin 2008 ou début 2009 un projet de règlement visant à l’intégration de l’OCM vin dans l’OCM unique. Cette approche à priori contradictoire soulève de nombreuses questions sur l’avenir du secteur. « Nous notons avec inquiétude la volonté de la Commission européenne d’intégrer le secteur vin dans l’OCM unique. La spécificité du secteur des vins a été, jusqu’à aujourd’hui, un élément de force qui a contribué à la qualité et à l’image de la viticulture européenne » déclare Riccardo Ricci Curbastro, président de la FEDERDOC. « Il serait regrettable de renoncer à une réglementation adaptée au secteur pour se rapprocher d’une politique horizontale qui ne tiendrait pas compte de nos exigences », ajoute Fernando Prieto Ruiz, président de la CONFERENCIA. Le maintien d’outils spécifiques pour les filières des vins d’appellation d’origine, notamment un instrument de maîtrise de la production, reste l’un des enjeux essentiels pour le secteur. « Les produits de terroir ne répondent pas aux mêmes objectifs que les autres segments du marché. Pour perdurer et se développer, les filières d’appellation d’origine ont besoin d’avoir les moyens de gérer leur production. L’Union européenne ne pourra pas faire l’économie d’une réflexion en profondeur sur ce sujet si elle veut pérenniser une politique des produits de terroir et de qualité », conclut Christian Paly, président de la CNAOC.

(Source : « La Journée vinicole »)

Bordeaux : d’Importantes Gelées relancent Le Débat Autour Du Volume Complémentaire Individuel

Le gel a frappé le Bordelais dans la nuit du 6 au 7 avril dernier, avec des températures descendants à -5 °C et des dégâts considérables : jeunes bourgeons endommagés, récolte compromise, voire anéantie à 90 % sur certaines propriétés.

Les pertes sont inégales selon les zones et le stade végétatif de la vigne au moment où le gel a frappé. Les pertes globales pour les appellations Bordeaux et Bordeaux Supérieur pourraient se situer entre 15 et 20 % de la production, indique le syndicat.

Ce dernier a relancé le débat sur l’opportunité d’introduire dans le Bordelais le système du VCI (Volume Complémentaire Individuel), autorisé pour cinq ans à Chablis et expérimenté en Champagne. Il s’agit d’un volume complémentaire individuel qui permet au producteur de se constituer une réserve lors d’années excédentaires, utilisable en cas d’années déficitaires. Les défenseurs du VCI ajoutent que ce dernier est un argument pour la réduction des rendements, le producteur ne serait pas tenté de produire beaucoup plus les années de grosse récolte, une régulation des volumes mis sur le marché serait automatique.

Le système fait cependant débat : pourra-t-on encore parler d’effet millésime? Eviter systématiquement la raréfaction du produit sert-il véritablement le vin à long terme ? Questions éthiques, économiques et angoisses des producteurs qu’il faudra confronter, inévitablement.

(Source : « Vitisphere.com »)

Les Viticulteurs De Blaye Et Bourg Ont Créé Une Station Commune De Traitement Des Effluents Vinicoles

Les viticulteurs de Blaye et Bourg ont inauguré ensemble le 25 avril leur station de traitement des effluents vinicoles ; pour mener à bien ce projet de structure collective aux deux appellations, une Coopérative d’Utilisation du Matériel Agricole a été créée. La statin est de type SBR avec deux bassins en alternance. Elle peut traiter jusqu’à 100 000 hl d’effluents par an, issus de la vinification de presque 2 000 hectares.

(Source : « Vitisphere.com »)

Australie : La Baisse Des Exportations s’Accentue

Les vins australiens n’auraient-ils plus le vent en poupe ? Les toutes dernières statistiques confirment la baisse des ventes à l’exportation amorcée en janvier dernier. A fin avril, le volume de vin vendu en un an sur le marché international est en baisse de 8,5 % à 730 millions de litres. Ce déclin est particulièrement marqué sur les deux premiers marchés de l’Australie : le Royaume-Uni et les USA où les vins australiens sont sévèrement concurrencés par les vins du Chili et d’Argentine. Seul le marché chinois est à la hausse. Cette contre-performance s’expliquerait par les effets combinés de la sécheresse qui a fait chuter le volume de récolte de la concurrence accrue des vins d’Amérique du sud et de la faiblesse du dollar américain.

(Source : « Vitisphere.com »)

Les Engagements Du Grenelle Environnement Traduits Dans Un Projet De Loi : La Viticulture Sera Très Concernée

Jean-Louis Borloo et Nathalie Kosciusko-Morizet ont présenté le projet de loi Grenelle I, qui actera les conclusions arrêtées lors du Grenelle de l’Environnement (novembre 2007). La lecture des 47 articles du projet de loi montre un souci de coller aux propositions faites par les différents groupes de travail.

Pour l’agriculture, « sa vocation première et prioritaire est de répondre aux besoins alimentaires de la population, et ce de façon accentuée pour les décennies à venir… Il s’agit de concilier les impératifs de production quantitative, d’efficacité économique, de robustesse au changement climatique et de réalisme écologique ».

La loi proposée par le gouvernement a pour objectif :
– réduire de moitié les usages des pesticides en 10 ans : retrait du marché de substances phytopharmaceutiques les plus préoccupantes en fonction de leur substituabilité : 30 d’ici fin 2008 et 10 supplémentaires d’ici fin 2010 et réduction de 50 % à l’horizon 2012 les substances pour lesquelles il n’existe ni de produits et ni de pratiques de substitution ;
– augmenter la surface agricole utile en agriculture biologique à 6 % du total en 2013 et à 20 % en 2020. Le crédit d’impôt en faveur de l’agriculture bio sera doublé dès 2009 afin de favoriser la conversion des exploitations agricoles vers le bio. La part des produits bio dans la restauration collective publique, elle devra atteindre 15 % en 2010 et 20 % d’ici 2012. Part identique pour les produits saisonniers et de proximité ;
– engager 50 % des exploitations dans une démarche de certification environnementale en 2012 ;
– lancer dès 2008, un programme pluriannuel de recherche appliquée et de formation ;
– réaliser un état des lieux de la santé des agriculteurs et des salariés agricoles ;
– tendre vers une très faible dépendance énergétique pour 30 % des exploitations agricoles d’ici 2013. Pour cela, encadrement de la distribution et de l’application des phytosanitaires, réorientation des programmes de recherche et des formations agricoles en faveur du développement des pratiques économes en intrants (produits chimiques, eau, énergie…).

(Source : « Vitisphere.com »)

Hong Kong : Le Prix Du Vin Chute De 20 %

Le gouvernement de Hong Hong dresse le bilan des deux premiers mois de vins et bières sans taxes sur son territoire. Le but avoué de cette mesure était de faire de cette ville la plaque-tournante du marché du vin, mais aussi la capitale du tourisme gastronomique et de luxe en Asie du Sud-Est.

La grande distribution et les cavistes ont accompagné la mesure fiscale d’efforts pour baisser les prix tout en se ruant sur les marchés d’importation pour satisfaire la demande qui devrait exploser. Le succès de ces nouvelles conditions tarifaires auprès des touristes doit encore être mesuré et on note un succès croissant du vin dans la consommation locale, en particulier chez les consommateurs les plus jeunse et/ou les plus sophistiqués. De fait, les prix ont chuté de 20 % et les importations ont crû de 78 % depuis le 27 février 2008, date de l’abolition des taxes sur le vin et la bière à Hong Kong (alors qu’elles s’élevaient à 80 % du prix d’une bouteille de vin en janvier 2007, puis à 40 % courant 2007 jusqu’à leur suppression en février 2008).

La maison de vente aux enchères britannique Bonham’s doit tenir sa première vente aux enchères de vns fins à Hong Kong dans les jours qui viennent. Le catalogue de la vente inclut des vins exceptionnels de l’ancien et du Nouveau Monde comme le mythique Lafite 1982 ou un rarissime magnum de Screaming Eagel 1992.

Le marché asiatique en général, et celui d’Hong Kong en particulier, est très attaché aux références traditionnelles françaises (les vins français représentent 43 % du marché de Hong Kong) mais également très ouvert sur le Nouveau Monde, en particulier sur l’Australie (18 %), la Californie (10 %), le Chili (7 %) et les vins chinois (3 %) qui, étonnamment, sont à égalité avec les vins italiens (3 %).

(Source : « Vitisphere.com »)

Le Resveratrol, La Substance Qui Fait Du Vin Un élixir De Jouvence

Le groupe Glaxo, géant de la pharmacie mondiale, s’intéresse au resveratrol, substance contenue dans le vin, pour ses effets anti-vieillissement. Le groupe pharmaceutique britannique vient d’annoncer son intention d’acheter Sirtris, société américaine de biotechnologie, dont les recherches sont axées sur la capacité du resveratrol à retarder le vieillissement et permettre de vivre plus longtemps. Créée en 2004 par le Dr David Sinclair, Sirtris a testé le resveratrol sur des levures, les essais démontrant que ce composé permettait d’allonger la durée de vie. Des essais sur des souris ont également mis en évidence que le resveratrol pouvait contre-carrer les effets néfastes d’un régime trop chargé en graisse. Enfin des essais pré-cliniques sur l’homme ont également mis en évidence que le resveratrol pouvait diminuer le taux de sucre dans le sang des patients diabétiques.

(Source : « Vitisphere.com »)

Bordeaux Fête Le Vin

A l’initiative de la Mairie de Bordeaux, les amoureux du vin, de la gastronomie, de la fête et de la culture partageront, sur les 2 km de quais en bords de la Garonne et au coeur du patrimoine mondial de l’UNESCO, des moments de liesse et de convivialité du 26 au 29 juin 2008.

Cette année, « BORDEAUX FETE LE VIN « va s’étendre sur les quais de la ville, du pont de pierre à la bourse maritime. Le visiteur aura ainsi la possibilité de savourer avec le Pass DEGUSTATIONS , sur un seul site, les millésimes des vignobles de Bordeaux et de sa région, et en journée avec le Pass VIGNOBLES, d’aller à la rencontre des paysages, des châteaux viticoles et du patrimoine de la Gironde et d’Aquitaine.

Pour cette 6e édition, « BORDEAUX FETE LE VIN « a tenu à rendre hommage à Saint-Pétersbourg. Ville jumelle de Bordeaux, Saint-Péters-bourg sera ainsi à l’honneur. Fondée par le tsar Pierre le Grand en mai 1703 qui voulait ainsi ouvrir en Russie « une fenêtre sur l’Europe ».

(Source : « Vitisphere.com »)

A lire aussi

Épisodes de grêle de juin dernier : ouverture d’un fonds d’urgence

Épisodes de grêle de juin dernier : ouverture d’un fonds d’urgence

Suite aux violents épisodes de grêle de juin dernier, le ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, M. Marc FESNEAU, a diligenté une mission d’urgence, dite « flash », pour évaluer l’impact de la grêle dans le milieu agricole. Les réunions terrain...

Championnat de rugby: la saison reprend

Championnat de rugby: la saison reprend

A l'issue d'une saison 2021 - 2022 très difficile pour l'UCS, qui a maintenu de justesse sa place en nationale 1, l'équipe se renouvelle pour ce nouveau championnat et tien à le faire savoir. Partenaires de l'équipe, Le Paysan Vigneron vous tiendra informés tout au...