Bordeaux – Cité du Vin : Le numérique au service de la civilisation

1 septembre 2016

Un espace du troisième type que cette Cité du Vin. Sa situation d’abord. Tel un castor intelligent enturbanné d’un couvre-chef de mamelouk, la Cité se tapit le long des berges de la Garonne. Son équipement digital ensuite. Au service du contenu le plus pointu et le plus scientifiquement validé, elle propose une expérience multimédia innovante et connectée.

Entre Bassins à flot et Pont d’Aquitaine, on avait laissé le quartier de Bacalan comme une friche industrielle vaguement occupée. Le voici, six mois plus tard, en pleine agitation urbanistique. Les nouveaux immeubles colonisent le paysage à vitesse V, la ligne B du tramway relie les hommes et la Cité du Vin dessine le cap. Bacalan, nouvelles bacchanales de Bordeaux ! Normal, Bacchus, le dieu du vin, n’est pas loin.

A pied, en voiture, en tram, à bateau…Dans le cahier des charges de la Cité du Vin, était inscrit qu’il fallait que l’on puisse s’y rendre par tous moyens de transport. Condition remplie. En voiture ce n’est pas compliqué. En tram non plus, il s’arrête à côté. Mais le moyen de déplacement le plus sympathique est sans conteste le bateau. Du ponton « Cité du Vin », c’est un jeu d’enfant d’emprunter la navette fluviale Batcub. Pour le prix d’un simple ticket de transport (1,5 €), elle vous emmène, toutes les demi-heures environ, de Lormont bas à Stalingrad (rive opposée de La Bastide) en passant par les Chartrons et la Place de la Bourse. De la navette, jolie vue aquatique de la Cité du Vin, entre effet castor et effet mamelouk.

 

Tour de babel

 

Et à l’intérieur, que se passe-t-il ? Dans l’atrium, excellent accueil du personnel qui avant même les caisses informe et oriente les visiteurs. En plusieurs langues. Car la Cité du Vin est une vraie tour de Babel. Japonais, chinois, russes, américains…Ils sont tous là. Dans un dédale organique, le rez-de-chaussée offre une foule de services : boutique, restaurant, snack, annexe de l’Office de tourisme de Bordeaux, cave donnée en concession à un commerçant indépendant, riche de 14 000 bouteilles, plus de 800 références, en provenance de 80 pays…Cela en fait l’une des plus grande cave au monde. Le premier étage – en accès libre comme le rez-de-chaussée – abrite les espaces dit de « médiation culturelle ». Les salles de dégustation d’abord. Il y en a trois. La première, d’une jauge de 40 personnes, a vocation à faire découvrir la dégustation  aux néophytes à travers des ateliers qu’animent des médiateurs. A côté, une salle plus petite – environ 15 personnes – s’adresse à des personnes plus averties. Enfin une troisième salle propose une découverte originale et « polysensorielle » du vin, qui mobilise les cinq sens (diffuseurs d’arômes, testeurs…). Tout près le salon de lecture, lui aussi accessible gratuitement, dispose de 10 000 ouvrages, en plusieurs langues et classés selon diverses clés d’entrées : par pays, par genre (BD, roman…), par rubriques (science, histoire, patrimoine…). La thématique du vin sert bien évidemment de fil rouge. Au centre, l’auditorium Thomas Jefferson peut accueillir 250 personnes. Conçu comme une salle de concert, avec vue plongeante sur la scène, y sera attachée toute une programmation culturelle (voir interview de Laurence Chesnau Dupin). Des salons l’entourent, en sachant que tous les espaces sont privatisables. Enfin une salle d’exposition de 700 m2 complète la proposition. En ce moment, carte blanche a été donné à la photographe Isabelle Rozenbaum qui a promené son regard personnel sur le chantier de la Cité du vin.

 

le coeur de l’expérience

 

Mais le cœur de l’expérience « Cité du vin » concerne bien sûr l’exposition permanente du deuxième étage. A l’entrée de l’exposition, un sas obligatoire attend le visiteur. Il doit se munir de son « package » numérique , sans lequel la visite n’est pas possible. Cet équipement multimédia se compose d’un audioguide sophistiqué, véritable petit ordinateur de bord, qualifié de « compagnon de voyage »  et d’un casque assez technique, créé tout spécialement pour la Cité du vin. Il permet tout à la fois d’écouter le récit et de pouvoir interférer avec les gens qui vous entourent. L’audioguide, dans l’intégralité de son contenu audio (10 heures au total ), est proposé en huit langues. Une performance !

 

Visite intuitive

 

Aucun sens de visite ne s’impose au visiteur. De manière intuitive, il est libre d’aller où il veut. Ecrans, tables tactiles, objets (connectés ou non), théâtres d’optique….De nombreux moyens sont mobilisés pour faciliter l’approche d’un parcours organisé autour de 18 thématiques : Le tour du monde des vignobles, La table des terroirs, Bacchus et Vénus, Tout un art de vivre, Le vin divin, Tête à tête avec les experts, Boire et déboires…Pour rendre le parcours plus « digeste » et ludique, les concepteurs ont beaucoup favorisé les témoignages directs, l’interaction avec de « vrais gens » qui apparaissent à l’écran. C’est ainsi que de nombreux vignerons, français et étrangers viennent raconter leurs terroirs et leurs vignobles en France, Italie, Espagne, Nouvelle Zélande…, qu’Hélène Darroze, chef étoilé, parle de l’art de la table, qu’un sommelier capé s’exprime sur les accords mets-vin….Le « banquet des hommes illustres » donne même la parole à des amateurs depuis longtemps disparus , Voltaire, Churchill, Napoléon, Colette…savoureux. Dans la pratique, compte tenu de la richesse du propos et des angles d’approches variés, les visiteurs consacrent généralement une matinée ou une après-midi à l’exposition permanente. En fin de visite, une dégustation IRL (In the real life)  est proposée au Belvédère (8 ème étage) : un verre au choix entre 10 vins étrangers et 10 vins français. En prime s’offre un beau point de vue sur le fleuve et le pont Chaban-Dlemas. La Cité du vin atteint 450 000 visiteurs par an.

               

 

Pratique

Horaire d’ouverture (jusqu’au 31 août) : tous les jours de 9 h 30 à 19 h 30

Adresse : 134 – 150 Quai de Bacalan – 33 300 Bordeaux

Billetterie

Parcours permanent – tarif adulte : 20 €

Exposition temoraire (à partir de 2017) : 8 €

Ateliers (autour de la dégustation) : à partir de 15 €

Evènement culturel : à venir

 

 

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé