Bordeaux – Agences réceptives : Autant d’agences que de positionnement

11 mai 2011

L’agence réceptive propose des séjours « clés en main » à des clients. C’est un « assembleur de prestations » qui sélectionne et mobilise différents niveaux de compétences : hôtellerie, restauration, transport, guidage, hommes de l’art… A chaque agence son style.

 

Agence des grands crus : une clientèle de tourisme d’affaire

Sandrine Lignac et deux autres comparses, Jean-Marc Quarin et Marc Cabanas, ont créé leur agence réceptive il y a dix ans. Elle est basée à Bordeaux ainsi qu’une vingtaine d’autres. Catherine Lignac venait du monde de l’expertise comptable. Jean-Marc Quarin et Marc Cabanas davantage du monde du vin, le premier comme critique œnologique spécialisé dans les vins de Bordeaux (les Carnets de dégustation de Jean-Marc Quarin) et le second comme consultant. Tous trois nourrissaient une passion pour leur région. Dès le départ, leur cible fut celle du tourisme d’affaire : séminaires d’entreprises, séjours « récompense ». Plutôt que de distribuer un bonus ou une prime, des sociétés offrent des séjours à leurs salariés ou à leurs clients (exemple d’une société de cosmétiques qui a l’habitude de récompenser les meilleurs prescripteurs de ses produits parmi les coiffeurs). Si 80 % des circuits organisés par l’Agence grands crus concernent Bordeaux et la Gironde, le prestataire touristique s’autorise le quart Sud-Ouest comme « terrain de jeu », de Cognac au Pays basque en passant par le bassin d’Arcachon. A la demande de clients, il commet même quelques incursions en Bourgogne, Rioja ou Porto.

A la découverte des sites, des vignobles et des hommes du cru, l’agence ajoute presque toujours une dimension ludique et sportive. « Les gens aiment aussi s’amuser » note S. Lignac. Au départ, pour développer sa clientèle, l’agence s’est appuyée sur le réseau de Jean-Marc Quarin (organisation des séjours des stagiaires du critique œnologique). Très classiquement, elle s’est aussi fait référencer auprès des portails de la profession : Bordeaux Gironde Convention Bordeaux (BGCB), axé sur la clientèle « business », le comité départemental du tourisme, le comité régional, l’office de tourisme de Bordeaux. Et le bouche à oreille a fait le reste. Crise aidant, le tourisme d’affaire a traversé une passe difficile durant ces deux ou trois dernières années (budgets des entreprises gelés). L’activité repart tout doucement. Au fil du temps, l’agence a également intégré une partie de clientèle privée haute de gamme, sur la base de prestations qualifiées de « très sélectives ». Lorsque les séjours ne dépassent pas trois ou quatre jours, l’agence a tendance à privilégier la destination Bordeaux : la ville, Saint-Emilion, le Médoc, le bassin d’Arcachon. Pour des séjours un peu plus longs, il lui arrive d’emmener ses clients à Cognac un jour voire deux. L’agence propose une visite de la ville, du château François-1er. Elle travaille aussi avec Rémy Martin, Hennessy. Les clients sont-ils contents de leur visite à Cognac ? Réponse de S. Lignac : « Quand vous vous attachez à bien préparer votre dossier et à offrir des prestations de qualité, le retour est toujours positif. »

www.agence-des-grands-crus.com

Evazio : une agence « généraliste »

Si l’œnotourisme fait partie des offres de l’agence, ce n’est qu’une thématique parmi d’autres. L’agence bordelaise, animée par Stéphane Fritsch et ses collègues, se veut généraliste. Régionale mais généraliste. Au cyclotourisme dans le vignoble, aux balades équestres dans le Médoc s’ajoutent les randonnées en vallée d’Aspe ou la découverte du Périgord noir à cheval. Pour Stéphane Fritsch, Evazio incarne assez bien ce que peut être une agence réceptive régionale : « Il s’agit d’une petite agence d’au maximum cinq personnes, qui connaît bien sa région et propose des séjours à tout type de clientèle, dans une zone géographique rapprochée. » Quand l’agence bâtit des séjours « à la carte », c’est surtout pour des groupes. Rarement pour deux personnes. Trop cher. Le fer de lance de l’agence, son activité principale tourne autour des formules de séjour présentées sur le site internet. De quelques jours à une semaine, ils s’effectuent à vélo, à pied, à cheval, en voiture. Les clients s’adressent à l’agence soit à titre privé soit via une agence de voyage. Stéphane Fritsch définit l’agence réceptive comme un « assembleur de prestations » dans les domaines du transport, de l’hôtellerie, du guidage, des hommes de l’art… « Ancrés dans notre région, nous connaissons bien les acteurs locaux. C’est pour cela que nos clients nous font confiance. »

www.evazio.com

Vinitour lauréate du Best of ine Tourism 2011

Tous les ans depuis 2003, neuf capitales mondiales de l’œnotourisme (Bilbao/Rioja, Bordeaux, Cap Town, Florence, Mayence, Mendoza, Porto, San Francisco…) décernent, chacune, des Best of Wine tourism. Ces prix récompensent les sites les plus remarquables en matière d’accueil œnotouristique. Les lauréats médaillés d’or participent ensuite au challenge international qui aura lieu cette année en Nouvelle-Zélande, le 4 novembre prochain. L’agence Les Acabailles Vitinitour fait partie des 18 lauréats bordelais (75 dossiers de candidatures). Elle concourait dans la catégorie Découvertes/Innovations. Qu’est-ce qui lui a valu cette nomination ? Sans doute sa nouvelle proposition Bordeaux 360 wine tasting tour. L’agence réceptive propose tous les jours de l’année ou presque (360 jours) une excursion à la journée ou à la demi-journée. Le visiteur se rend sur le site www.bdx-360.com. Il tape la date qui l’intéresse. S’affichent alors les tours proposés ce jour-là : Médoc, Saint-Emilion, Entre-deux-Mers… « Cette nouvelle activité a demandé beaucoup de préparation en amont » explique Lucien Gabillaud, directeur de l’agence. « Nous sommes capables d’annoncer et de nous engager sur le détail de chaque tour jusqu’à la fin de l’année 2011. » Tarifs à la demi-journée : environ 70 € – Tarif à la journée : 135-140 €. Le prix comprend transport, accompagnement, chauffeur-guide, visites, déjeuner, animations. Pour cette prestation, l’agence a choisi une formule assez exclusive de mini-van d’une capacité de 8 personnes maximum.
L’agence Les Acabailles Vitivinitour a vu le jour en 2005. En 2010, elle a bouclé son quatrième exercice plein. Elle emploie trois salariés et sa zone de prédilection englobe la Gironde, Cognac, Dordogne, Pays basque. Plutôt positionnée au départ sur une clientèle individuelle – pour se démarquer de confrères davantage axés sur le tourisme d’entreprise – l’agence se partage aujourd’hui à égalité entre une clientèle individuelle et une clientèle d’entreprise. Par contre ses clients sont à 80 % étrangers. « Nous travaillons beaucoup avec le Brésil, Singapour, le Japon, plus récemment avec la Chine, l’Australie, la Scandinavie » relève L. Gabillaud. Il rentrait du salon « Rendez-vous en France » qui s’est tenu à Bordeaux les 29 et 30 mars dernier. Y participèrent 700 tour operators étrangers. Le directeur de l’agence indique que sa structure est partenaire de l’Ecole du vin du CIVB. « Depuis trois ans, nous organisons la logistique de leurs stagiaires. » Vitivinitour est également en relation avec l’Union des grands crus de Bordeaux qui propose chaque année le week-end des grands crus. La manifestation aura lieu les 7 et 8 mai prochain à Bordeaux. Une occasion assez exceptionnelle de pénétrer au cœur des domaines bordelais (renseignements sur le site de l’Union des grands crus www.ugcb.net et sur le site de l’agence).
www.lesacabailles.frwww.bdx-360.com

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé