Grêle Du 11 Mai 2009

7 juillet 2009

Selon le niveau d’intensité des dégâts – de 30 à 100 % – l’approche chiffrée varie. Cependant, pour le seul département de Charente, on estime à nettement plus de 2 000 ha le vignoble touché à plus de 70 %. Qu’en aurait-il été sans les postes à iodure d’argent ? martonnaud.jpgIl sillonnait le vignoble grêlé dès le lendemain du sinistre. Technicien viticole à l’antenne de Cognac de la Chambre d’agriculture 16, Grégory Martonnaud s’occupe de lutte raisonnée aux côtés de Yoann Lefèvre, travaille avec les pépiniéristes. Il lui arrive aussi d’intervenir sur les suivis œnologiques avec Patrick Vinet. Et, entre autres casquettes, il est le référant Chambre du Silfa (Syndicat intercommunal de lutte contre les fléaux atmosphériques). La structure, présidée en Charente par Bernard Georgeon, viticulteur à Segonzac, adhère à l’Anelfa, l’association nationale qui, depuis plus de 50 ans, défend le système de lutte contre la grêle par ensemencement des nuages à l’aide d’une solution d’iodure d’argent. C’est le professeur Henri Dessens, directeur de l’Observatoire du Puy-de-Dôme, qui introduisit et vulgarisa cette méthode en France. Il en sera pendant toute sa vie l’infatigable défenseur. Son fils, Jean Dessens, physicien à l’Observatoire Midi-Pyrénées, a repris le flambeau. Aujourd’hui, il figure en bonne place parmi les conseillers scientifiques de l’association. Interrogé après le sinistre du 11 mai sur l’efficacité des postes à iodure d’argent, le professeur Jean Dessens estimait qu’ils avaient pu créer de la discontinuité entre les nuages de grêle et, de ce fait, réduire le périmètre des dégâts. La Charente compte 43 postes anti-grêle. Le 11 mai, les 43 postes fonctionnaient depuis le début d’après-midi. Car, selon les conseillers scientifiques de l’Anelfa, c’est à la fois l’effet de masse de tous les postes et la durée d’émission d’au moins 4 heures avant l’orage qui forgent l’efficience du système. La « chaîne de commandement » se déroule de la manière suivante : un prévisionniste de Météo-France alerte l’Anelfa de l’éminence d’un orage de grêle. L’association prévient alors les tenants de postes (deux ou trois par poste, un référant et deux co-tenants, pour des questions de disponibilité). Ces volontaires mettent en route les générateurs à vortex. Il s’agit de bonbonnes d’air sous pression munies de cheminées en inox. La bonbonne contient une solution acétonique additionnée d’iodure d’argent. Quand l’opérateur allume le générateur au sol, l’acétone brûle et l’iodure d’argent diffuse dans les nuages via la cheminée. Lors de la réunion organisée par le sous-préfet à Rouillac, des voix se sont élevées pour dénoncer le retrait progressif du Conseil général 16 du soutien financier au Silfa. « Cette participation financière, d’environ 100 000 € par an, repose sur trois pôles : la Chambre d’agriculture, le Conseil général, les communes. Le Conseil général de la Charente a commencé à se retirer en 2008 et avait l’intention de récidiver en 2009 pour arriver à zéro en 2010. Si cette intention se confirme, les deux autres protagonistes ne pourront pas tenir le choc ! » Un élu a promis de faire remonter ces doléances au Conseil général.

A lire aussi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Le projet du groupe est le maintien de la réduction significative des intrants phytosanitaires, fongicides et insecticides, d’au moins 50% par rapport à la référence et l’arrêt total du désherbage chimique, tout en maintenant la productivité. Cette viticulture...

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Guillaume Chaubenit adhére au Collectif 30 000 Martell. Il a choisi de tester le programme LUMA, un programme phytosanitaire sans DSR, avec des produits 5m pour les ZNT. Changement de pratiques, année à pression forte pour le mildiou, ce jeune viticulteur, confiant...

error: Ce contenu est protégé