Bassin Charentes-Cognac : des demandes dix fois supérieures au contingent

20 mai 2016

dsc00091.jpg

 

Dans le nouveau dispositif Vitiplantation, la procédure de demande de plantations nouvelles a pris fin le 17 mai. Dans la foulée, FranceAgriMer a communiqué les chiffres.

De quoi s’aperçoit-on ? Le bassin Charentes-Cognac a fait exploser les compteurs. Alors que le contingent régional attribué pour 2016 s’élève à 250 ha pour tous les débouchés, les demandes de plantations nouvelles portent sur 2 500 ha, soit dix fois plus. Le segment qui attire le plus les convoitises est sans surprise le segment des Vins sans indication géographique (Cognac et Autres débouchés). A lui seul, il concentre 1 522 dépôts de demandes, portant sur 2 323 ha.

Pour mémoire, lors de la négociation pour la fixation du contingent régional, l’expression des besoins avait été la suivante : 35 ha pour le Cognac, 125 ha pour les « Autres débouchés », 5 ha pour le Pineau et 85 ha pour les Vins de pays charentais.

In fine, le segment Pineau a attiré 63 dépôts de demandes, pour 66 ha ; l’IGP Charentais 85 demandes pour 111 ha ; le segment VSIG, 1522 demandes pour…2 323 ha.

Compte tenu de ces volumes, il est clair que tout le monde ne pourra pas être servi. Il est même probable que ne seront servis que les prioritaires, c’est-à-dire les « nouveaux entrants », tous segments confondus. Une composante qui n’est pas sans poser interpeller dans le vignoble.

A lire aussi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Le projet du groupe est le maintien de la réduction significative des intrants phytosanitaires, fongicides et insecticides, d’au moins 50% par rapport à la référence et l’arrêt total du désherbage chimique, tout en maintenant la productivité. Cette viticulture...

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Guillaume Chaubenit adhére au Collectif 30 000 Martell. Il a choisi de tester le programme LUMA, un programme phytosanitaire sans DSR, avec des produits 5m pour les ZNT. Changement de pratiques, année à pression forte pour le mildiou, ce jeune viticulteur, confiant...

error: Ce contenu est protégé