Hennessy VitiCampus, une convention « coup de pouce » à l’enseignement viticole

2 juillet 2013

Le 23 mai dernier, une convention de partenariat a été signée entre la maison Hennessy et les établissements d’enseignement viticole de la région. La société de négoce s’engage sur des actions concrètes en faveur de la formation des jeunes aux métiers de la viticulture. Objectif : faciliter le renouvellement des générations.

p44.jpg« Quand je lui ai présenté mon projet, Bernard Peillon m’a immédiatement dit oui, sans aucune restriction. » Qui s’exprime ainsi ? Florent Morillon, directeur amont de la société de négoce. Dans une vie antérieure, Florent Morillon, alors directeur de la Chambre d’agriculture de la Charente, avait déjà eu l’occasion d’évoquer cette idée de passerelle enseignement/entreprises avec les chefs d’établissement de l’enseignement agricole du département. Que l’idée ressurgisse aujourd’hui répond donc à une certaine logique. C’est aussi affaire de circonstances. Le Cognac se porte bien. Dans une économie déprimée, il se situe à contre-courant. Malgré tout, un facteur limitant pèse sur lui, celui de la main-d’œuvre. Ce facteur limitant s’exprime tant vis-à-vis des chefs d’exploitation qu’à l’égard des salariés viticoles. En dix ans, le nombre d’exploitations viticoles a presque diminué de moitié, passant de 7 300 à 4 800 aujourd’hui. Doit-on se contenter d’observer le phénomène de concentration, sans se soucier du non-renouvellement des générations ? Et puis, quelle que soit la taille des exploitation, subsiste un problème de taille (sans jeu de mot), celui de la main-d’œuvre, qui plus est de la main-d’œuvre qualifiée.

Une attractivité supplémentaire

Insuffler l’envie, donner une attractivité supplémentaire au métier viticole, voilà la tâche déjà initiée depuis quelques années par un pool d’acteurs (Chambres, BNIC, Pôle emploi…). « En tant que leader régional des ventes de Cognac, il nous paraissait important d’apporter notre pierre à la formation viticole » a souligné F. Morillon. Le directeur amont de la société Hennessy a bien précisé qu’il ne s’agissait pas de se substituer aux établissements d’enseignements mais de délivrer une contribution, une impulsion supplémentaire. » « Si 10 jeunes de plus rejoignent les rangs de la formation viticole, ce sera très bien, 50 encore mieux et si c’est 100 ce sera formidable. »

Responsable, chez Hennessy, de la communication viticole, Renaud Camus a rencontré tous les chefs d’établissements abritant une section viticole. Avec eux, se sont dessinés des axes d’actions concrètes. Florent Morillon les a passés en revue.

Portes ouvertes : un rendez-vous régulier avec la maison Hennessy – « Chaque année, a-t-il dit, la société de Cognac accueillera une centaine d’élèves et d’étudiants insérés dans les filières viticoles. » Pour 2013, la date des Portes ouvertes a été fixée au 21 novembre prochain. Florent Morillon évoque un double intérêt pour les jeunes : découvrir le monde de l’entreprise et s’immerger, le plus en amont possible, dans le fonctionnement d’une maison de Cognac qui incarne, quelque part, la finalité du produit.

Offres de stages – « Nous nous engageons à prendre plusieurs stagiaires par an, notamment sur le domaine viticole de la Bataille. Des contacts privilégiés pourront également être noués avec des viticulteurs partenaires de la maison. »

Interventions dans les établissements – « Les collaborateurs de la société pourront, à la demande des enseignants, intervenir dans les établissements sur des thématiques comme la distillation, le vieillissement, la tonnellerie… »

Bourse d’études – « A travers cette convention, nous souhaitons encourager des jeunes sur des projets. La proposition reste très ouverte. Un jury se chargera d’attribuer les bourses d’études et de projets. »

Le directeur amont de la société Hennessy a répété que ces actions venaient en complément de la batterie d’initiatives déjà en cours. « Il s’agit de donner un coup de pouce supplémentaire aux métiers de la filière viticole. C’est à la fois très ambitieux et très modeste. En tant que maison de négoce, l’installation des jeunes, de tous les jeunes, nous intéresse. Nous nous sentons une responsabilité particulière d’accompagnement. »

Les établissements scolaires concernés
Lycée de l’Oisellerie
BTSA Viticulture – Œnologie :La Couronne – 05 45 67 10 04
LPA de Barbezieux
CAPA Vigne et Vin : Salle-de-Barbezieux – 05 45 78 03 17
LPA Le Renaudin
Bac pro « Vigne & Vin » : Jonzac – 05 46 48 04 44
MFR des Charentes (Institut de Richemont)
Bac Pro Vigne & Vin – BTSA Viticulture-Œnologie
Cherves-Richemont – 05 45 83 16 49
Licence professionnelle Droit et Commerce des Vins & Spiritueux
Lycée agricole de l’Oisellerie – 05 45 83 35 35
Université de Poitiers

 

 

A lire aussi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Le projet du groupe est le maintien de la réduction significative des intrants phytosanitaires, fongicides et insecticides, d’au moins 50% par rapport à la référence et l’arrêt total du désherbage chimique, tout en maintenant la productivité. Cette viticulture...

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Guillaume Chaubenit adhére au Collectif 30 000 Martell. Il a choisi de tester le programme LUMA, un programme phytosanitaire sans DSR, avec des produits 5m pour les ZNT. Changement de pratiques, année à pression forte pour le mildiou, ce jeune viticulteur, confiant...

error: Ce contenu est protégé