fermes Ecophyto : Bilan de campagne 2012

4 juin 2013

La Chambre d’agriculture de la Charente-Maritime a mis en place en 2012 un réseau de fermes de références viticoles ECOPHYTO. L’objectif de ce réseau est de mesurer la faisabilité d’une réduction de 50 % des intrants phytosanitaires à l’horizon 2018. Avec 10 fermes réparties sur l’ensemble du département, la vision globale du millésime 2012 est riche d’enseignements.

 

 

2012, ce que l’on retiendra !

Vague de froid intense en février (plusieurs jours à -10 °C), pluies abondantes associées à des températures basses en avril, débourrement difficile et tardif, forte hétérogénéité des stades, pousse de l’herbe favorisée. Climat frais et pluvieux en juin, floraison difficile avec localement de la coulure et/ou du millerandage. Mildiou discret en début de saison, sortie virulente la 1re quinzaine de juin. Localement, symptômes d’oïdium. Absence de pluies en août et pics de chaleur, quelques dégâts d’échaudage, des symptômes de sécheresse sur les jeunes plantations. Progression spectaculaire des symptômes de maladies du bois.

En résumé, un climat défavorable, une baisse des rendements et une hausse des budgets phytosanitaires.

Réseau DEPHY, des résultats hétérogènes

L’Indicateur de Fréquence de Traitement (IFT) permet d’évaluer la « pression phytosanitaire ». Il est exprimé en « nombre de doses homologuées par hectare » appliquées pendant une campagne culturale. La référence régionale de l’IFT Non Herbicides (IFT NH) en Poitou-Charentes est de 16.7. En 2012, la moyenne des IFT NH des 10 exploitations du réseau se situe à 16.27, soit une réduction de 3 % des intrants, avec des IFT NH variant de 12.53 (- 25 %) à 19.83
(+ 19 %).

p35a.jpgp35b.jpg

La référence régionale de l’IFT Herbicides (IFT H) en Poitou-Charentes est de 1.41. La moyenne des IFT H des 10 exploitations du réseau se situe à 1.16, soit une réduction de 18 % des intrants, avec des IFT H variant de 0.35 (- 75 %) à 1.77 (+ 25 %).

Sur les deux graphiques suivants, le budget/ha comprend le passage du pulvérisateur* et le coût des produits.

Pour les non-herbicides (fongicides + insecticides), ces budgets s’échelonnent de 568 à 978 €/ha avec une moyenne à 740 €/ha.

Les rendements en hectolitre d’alcool pur par ha (hl AP/ha) varient de 7.7 à 11.7 avec une moyenne à 9.7 hl AP/ha.

Le budget/ha a été ramené à l’hl d’AP/ha, d’après les rendements et degrés moyens par exploitation en 2012. Ainsi, le coût phytosanitaire moyen pour la production d’1 hl d’AP/ha est de 78 € avec un écart entre le coût minimum et maximum de 53 €/hl AP. Pour un rendement équivalent, les coûts peuvent être totalement différents. Plusieurs facteurs peuvent avoir une influence sur ce coût : sensibilité parcellaire plus ou moins forte aux bio-agresseurs, seuil de tolérance du viticulteur, renouvellement anticipé des traitements en raison d’une forte pression et/ou mélange souvent superflu de différentes matières actives.

Concernant l’utilisation des herbicides, les budgets/ha varient de 86 à 303 €/ha avec une moyenne à 159 €. Le coût moyen pour la production d’un hl d’AP/ha est de 16 €, avec un écart de 21 € entre le minimum et le maximum. Le choix de la stratégie de désherbage chimique (prélevée et/ou postlevée), le niveau de tolérance vis-à-vis des adventices influent sur ce coût.

Choisir ses produits en connaissant parfaitement leurs propriétés et gérer le dégât acceptable permet de mieux appréhender la réduction des intrants phytosanitaires ; bénéfice net autant pour la trésorerie de l’exploitation que pour l’environnement ! La Chambre d’agriculture et les viticulteurs du groupe de FERME relèvent le « DEPHY » !

Laetitia Caillaud
Ingénieur réseau DEPHY ECOPHYTO

* Tarif d’entraide de 37 €/ha et/passage (coût d’utilisation du matériel et main-d’œuvre compris).

 

 

A lire aussi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Le projet du groupe est le maintien de la réduction significative des intrants phytosanitaires, fongicides et insecticides, d’au moins 50% par rapport à la référence et l’arrêt total du désherbage chimique, tout en maintenant la productivité. Cette viticulture...

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Guillaume Chaubenit adhére au Collectif 30 000 Martell. Il a choisi de tester le programme LUMA, un programme phytosanitaire sans DSR, avec des produits 5m pour les ZNT. Changement de pratiques, année à pression forte pour le mildiou, ce jeune viticulteur, confiant...

error: Ce contenu est protégé