De belles grappes en attente de soleil

27 août 2014

En ce début août, les grappes d’ugni blanc affichent une belle générosité. Elles sont bien pleines, amples et puissantes dans la très grande majorité des parcelles. Les bonnes conditions de floraison et un climat en juillet alternant des chaleurs moyennes et des pluies fréquentes ont favorisé la tenue et le grossissement des baies. Les niveaux de températures assez moyens, l’ensoleillement correct mais sans plus et surtout des quantités de pluies nettement supérieures aux valeurs moyennes ont été propices à une activité photosynthétique régulière. L’absence de stress hydrique durant la fermeture de la grappe a permis à l’ugni blanc de nourrir, sans effet de concurrence, les feuilles et les baies. C’est pour cette raison que les jeunes graines ont grossi vite et bien, d’où une apparence de récolte qui fait vraiment plaisir à voir en cette fin de mois de juillet.

L’ugni blanc semble avoir retrouvé en 2014 un tempérament plus prospère qui s’était fait rare ces dernières années. Le poids des grappes au début de la véraison sera sans aucun doute supérieur aux valeurs moyennes des dernières années. Cela laisse augurer d’un niveau de rendement moyen régional plus généreux que ceux de 2012 et de 2013. Le rendement moyen au cours des dix dernières années se situe autour de 110 hl/ha. Est-il réa-liste d’envisager des volumes de récolte supérieurs de 120 à 130 hl/ha pour le millésime 2014 ? Beaucoup de viticulteurs semblent actuellement optimistes mais les vendanges sont encore loin. Il ne faut pas non plus s’enflammer car les comptages d’inflorescences de la Station Viticole du BNIC ont révélé une sortie finalement très moyenne. Les techniciens continuent d’observer de fortes disparités de charges de grappes d’une parcelle à l’autre. L’état agronomique des vignes et le potentiel de souches productives à l’hectare ont une incidence capitale sur la productivité. Les parcelles faibles portent encore un nombre de grappes restreint dont le poids à la fermeture de la grappe ne compensera sûrement qu’en partie leur rareté. Par contre, les vignes à forts potentiels agronomiques sont plus chargées que d’habitude. Leur importance quantitative dans le vignoble de chaque propriété contribuera à plus ou moins fortement doper le niveau de productivité.

L’instabilité du climat durant le mois de juillet a engendré des cumuls de sommes de températures inférieures aux valeurs moyennes dont les conséquences seront perceptibles d’ici le début de la véraison. La date moyenne du début véraison en situation précoce déterminée par la Station Viticole du BNIC (au cours de la dernière décennie) est le 7 août. Or, le cycle végétatif 2014 n’est ni réellement précoce, ni réellement tardif et si l’instabilité du climat se poursuit, la véraison pourrait être décalée de quelques jours, d’une semaine ou plus. L’état sanitaire du vignoble s’est aussi dégradé depuis la mi-juillet avec des sorties de mildiou en nette progression et la présence d’oïdium. La fréquence des pluies a fait remonter la pression de mildiou et des symptômes sur feuilles se développent un peu partout. Il ne faut pas sous-estimer le pouvoir de nuisance des épidémies tardives, surtout dans les vignes chargées. Les parcelles auront besoin d’une surface foliaire pleinement fonctionnelle jusqu’à la mi-octobre pour bien mûrir les raisins et les bois. Les conditions du mois de juillet ont été aussi favorables aux contaminations précoces de botrytis dont l’expression des dégâts intervient ou pas plus tard en saison. Cette maladie discrète prospère à la faveur de séquences pluvieuses et humides durant la phase de maturation. Le risque de dégradation de l’état sanitaire est aussi amplifié par les dégâts récents des
orages de grêle (parfois faibles ou plus virulents). Toutes les blessures intervenant au sein de grappes déjà compactes représentent des voies d’entrées potentielles pour le botrytis. L’incidence de la climatologie des 8 semaines à venir sera déterminante vis-à-vis des perspectives volumiques et qualitatives du millésime 2014. L’instauration d’une période ensoleillée durable est attendue avec impatience !

 

 

A lire aussi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Le projet du groupe est le maintien de la réduction significative des intrants phytosanitaires, fongicides et insecticides, d’au moins 50% par rapport à la référence et l’arrêt total du désherbage chimique, tout en maintenant la productivité. Cette viticulture...

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Guillaume Chaubenit adhére au Collectif 30 000 Martell. Il a choisi de tester le programme LUMA, un programme phytosanitaire sans DSR, avec des produits 5m pour les ZNT. Changement de pratiques, année à pression forte pour le mildiou, ce jeune viticulteur, confiant...

error: Ce contenu est protégé