Action syndicale contre les hyper-promo « destructices d’image »

13 juin 2012

Le vendredi 11 mai, le Syndicat des producteurs de Pineau a conduit une nouvelle action dans une enseigne régionale de la grande distribution. Objectif ! Dénoncer une remise ticket de 50 % sur le prix d’une bouteille de Pineau, promotion considérée comme destructrice d’image. « Nous continuerons tant qu’il le faudra » a annoncé le syndicat.

 

 

Le 17 février, cela se passait à Saintes. Le 11 mai 2012, même décor – un magasin de la grande distribution – mais lieu différent, Cognac et enseigne Leclerc au lieu de Système U. Sinon, même marque dans les deux cas. Cette fois-ci, il s’agissait d’une remise ticket Leclerc de 50 % sur une bouteille de Pineau affichée 7,40 €. La fois précédente, le prix de la bouteille était de 6,84 €, assorti de deux remises : 30 % de réduction immédiate et 20 % de ticket d’achat. Alors qu’à Saintes, le petit groupe de producteurs avait eu le temps de coller sur les bouteilles incriminées son « message sanitaire » : « Attention ! A ce prix, ce produit détruit une filière, des producteurs, un territoire » – il a été empêché de le faire à Cognac. Faute de munitions. Il est tombé sur des étagères vides. Bouteilles volatilisées. Raison invoquée par le propriétaire du magasin : « Les consommateurs se sont jetés sur la marchandise. Tout a été vendu dans la matinée. » Vrai ou faux ? En tout cas, le distributeur ne s’est pas précipité pour réapprovisionner son rayon avant l’arrivée de la délégation syndicale. L’opération devait durer 5 jours, le temps de l’anniversaire du magasin.

« Nous avons besoin de la grande distribution »

Les représentants du syndicat, son président en tête, ont redit qu’ils n’avaient rien contre les enseignes ni contre la société qui commercialise ce Pineau. « Nous avons besoin de la grande distribution et bien sûr de tous les metteurs en marché. » Mais il a prévenu aussi : « Nous interviendrons de nouveau, tant que dureront de telles opérations. Car elles sont destructrices d’image. Nous refusons que le Pineau des Charentes se réduise à l’aspect promotionnel. Nous ne voulons pas que notre produit soit enfermé dans un prix bas. »

« Nous ne sommes pas contre les actions promotionnelles, a pris la précaution d’ajouter Jean-Marie Baillif, tant qu’elles se cantonnent à des normes raisonnables, de l’ordre de 10, 15 %. Mais pas la moitié du prix ! Ce genre d’hyper-promo n’est pas cohérent avec un produit d’appellation comme le Pineau. » « Le piège, c’est que ces promotions sont redondantes. Même prévues sur de courtes périodes, elles se répètent tout au long de l’année, dans des magasins et des enseignes différents » a renchéri Jean-Bernard de Larquier, président du Comité interprofessionnel. Pour les responsables syndicaux, le plus choquant peut-être, c’est de constater que ces remises excessives concernent une marque leader. « Dans ces conditions, comment arriver à ce que d’autres marques se construisent ? Le syndicat déploie d’énormes efforts pour que tous les opérateurs puissent remplir leurs bouteilles et voir que tous ces efforts sont dilapidés… »

Centrale d’achat

Le propriétaire du magasin, venu à la rencontre des producteurs, a indiqué que ces promotions avaient été négociées au niveau de sa centrale d’achat, la Scachap*, qui réunit 36 ou 37 membres. Il a indiqué aussi « qu’un bon quart de la promotion était financé par le fournisseur mais qu’il prenait le reste à sa charge, sur sa marge. » Se défendant de brader le produit, il a admis sans peine « que toute chose avait un coût et que si on voulait faire de la qualité, il fallait y mettre le prix » . Pour autant, il a parlé de démarches quantitatives et de démarches qualitatives, qui ne s’excluaient pas et que la vie n’était faite que de « donnant/donnant ». Il a mis en avant son engagement pour les produits régionaux avec la création d’une association, « 100 % du coin ». Il a promis de faire remonter la colère des producteurs à sa centrale d’achat, tout en justifiant sa position d’acteur indépendant, doté de sa propre politique d’assortiment. « J’ai vraiment l’impression de faire un effort sur le rayon alcool régional. »

Les producteurs de Pineau lui en ont donné quitus et lui ont proposé un accompagnement de la filière. « Nous sommes ouverts aux échanges. » Le directeur s’est dit lui-même « open ». Puis il est rentré dans son magasin. Les producteurs, eux, ont pris le chemin du Leclerc Saintes où les attendait une action du même type. « Nous sommes des Charentais. La persévérance est notre principale qualité. A force d’être embêtées, les enseignes changeront peut-être leurs pratiques. Ce qui les fait bouger, ce n’est pas tellement les prix bas, c’est surtout de ne pas être plus cher que la concurrence. »

* Scachap : basée à Ruffec, la Scachap (Société centrale d’approvisonnement Charente-Poitou regroupe 37 hyper et supermarchés Leclerc situés en Poitou-Charentes, Limousin, Indre et Vendée.

 

 

A lire aussi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Le projet du groupe est le maintien de la réduction significative des intrants phytosanitaires, fongicides et insecticides, d’au moins 50% par rapport à la référence et l’arrêt total du désherbage chimique, tout en maintenant la productivité. Cette viticulture...

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Guillaume Chaubenit adhére au Collectif 30 000 Martell. Il a choisi de tester le programme LUMA, un programme phytosanitaire sans DSR, avec des produits 5m pour les ZNT. Changement de pratiques, année à pression forte pour le mildiou, ce jeune viticulteur, confiant...

error: Ce contenu est protégé