Un salon qui ne fait pas banquette

28 mars 2009

Pour sa 3e édition les 6 et 7 décembre dernier, le salon VS Pack organisé tous les deux ans à Cognac par l’association Atlanpack a pris sa véritable mesure : 80 exposants, 2 000 visiteurs et un climat de travail favorable aux affaires.

 

vs_pack.jpgJean-Christophe Boulard, directeur d’Atlanpack, décrit VS Pack 2005 comme une manifestation « portée par ses exposants ». « Ce n’est pas un salon imposé par les organisateurs mais un événement qui trouve sa substance dans le terreau économique. » Impression confirmée par les entreprises exposantes qui apprécient de voir concentrés dans un même lieu tous les savoir-faire de la région : bouchage, caisses, décor, étiquettes, coffret, PLV, sacs, emballages, machines de conditionnement et de pose d’étiquettes, ateliers de création et de design… Et les clients suivent. « Nous avons vu nos contacts et souvent les P-DG ou les directeurs commerciaux des maisons », note le responsable d’une entreprise de décor sur verre. Il faut dire que VS Pack Cognac est un salon à taille humaine, à la fois exhaustif des métiers de l’emballage et facilement accessible. Un « confort de vie » que semblent apprécier les visiteurs. Seule remarque négative, entendue au détour d’une allée : l’état du parking, assez déplorable par temps humide. La terre blanche colle aux pieds. « Le matin, il faut nettoyer les chaussures », note en souriant une jeune commerciale. Alors que le salon se tenait jusqu’alors en centre-ville, salle de la Salamandre, cette année il a élu domicile au complexe 2000, en bordure de Charente. Gain de place assuré et facilité d’accès, ne serait-ce le bémol du parking.

Initiative remarquée du salon, le concours Free Pack qui a réuni presque 200 jeunes de la France entière, issus de 40 écoles spécialisées dans le design-packaging. A l’arrivée, 110 créations furent départagées par les votes du public des professionnels. Est-ce révélateur de l’état du marché français ? La fibre créatrice des apprentis designer s’est principalement exercée sur les vins et alcools blancs, Vodka en tête, sans qu’aucune ne porte sur le Cognac. La lecture des « bords » – canevas dans le jargon de métier – systématiquement associés aux créations donnait d’ailleurs un assez bon aperçu du regard des jeunes sur le secteur alcool. « Pour accéder à la dose, il suffira de percer l’opercule à l’aide de la paille contenue dans le verre » disait la fiche explicative d’un objet promotionnel conçu pour une marque de Vodka. C’est une étudiante en génie industriel du packaging de Cognac – Aurélie Gomot – qui a remporté le premier prix de Free Pack avec une PLV « dynamique » destinée au Pineau (idée de verres à dégustation portés en collier).

Si le gros du public reste français, le salon a reçu la visite de Russes, Turcs, Français de la Martinique… Sur les 88 exposants, 40 étaient adhérents d’Atlanpack (remise de 400 €) mais on a pu noter la présence de quelques étrangers, Belges, Américains, Anglais, Espagnols. Par rapport à un Vinitech qui embrasse l’amont et l’aval, VS Pack mise à fond sur la spécialisation et l’innovation.

A lire aussi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Le projet du groupe est le maintien de la réduction significative des intrants phytosanitaires, fongicides et insecticides, d’au moins 50% par rapport à la référence et l’arrêt total du désherbage chimique, tout en maintenant la productivité. Cette viticulture...

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Guillaume Chaubenit adhére au Collectif 30 000 Martell. Il a choisi de tester le programme LUMA, un programme phytosanitaire sans DSR, avec des produits 5m pour les ZNT. Changement de pratiques, année à pression forte pour le mildiou, ce jeune viticulteur, confiant...

error: Ce contenu est protégé