L’opération coup de poing du Pineau des Charentes

20 février 2012

 p1010555.jpg

Jean-Marie Baillif, Président du Syndicat des producteurs de Pineau

 

Stop aux prix cassés ! Le 17 février dernier, les producteurs de Pineau des Charentes ont conduit une action syndicale « coup de poing » dans un super-marché de la ville de Saintes, en Charente-Maritime. L’objet du litige ? Une « hyper promo.» jugée  « scandaleuse ».

Du 7 au 18 février, les bouteilles d’une marque de Pineau ont été proposées à un prix ridiculement bas, à coup de remise et de « bon d’achat catalogue ». Un prix qui affecte toute la filière. En réaction, une  escouade de producteurs a envahi le rayon liquide du magasin et collé sur les bouteilles une étiquette –

« Attention ! A ce prix, ce produit détruit une filière, des producteurs, un territoire. »

« Nous ne nous attaquons pas à une enseigne ou à une entreprise en particulier » a expliqué Jean-Marie Baillif, président du Syndicat des producteurs de Pineau. « Nous souhaitons créer un électrochoc auprès de tous les metteurs en marché, coopératives, vignerons indépendants, négociants.  On ne peut pas laisser la grande distribution prendre notre produit en otage  »

En région Poitou-Charentes, la grande distribution assure environ 40 % des ventes de Pineau. Trop souvent, les super-marchés locaux ont tendance à se servir du Pineau des Charentes comme d’un produit d’appel. Heureusement, de telles pratiques ne se retrouvent pas ailleurs. « A travers cette action, nous voulons aussi aider nos entreprises à rétablir la hiérarchie des prix auprès de la grande distribution » a indiqué Jean-Bernard de Larquier, président du Comité National du Pineau. « Nous savons que la négociation est difficile avec les acheteurs de la grande distribution mais il n’est pas question de laisser massacrer notre produit. »

L’action syndicale sur les prix intervient à un moment charnière pour la filière Pineau. Depuis le 1er janvier 2012 une baisse des  accises de 33 centimes par bouteille s’applique aux Vins de liqueur (3 millions d’€ pour l’ensemble de la filière). Un gain obtenu de haute lutte, après 30 ans de combat syndical. Aujourd’hui, tout l’enjeu consiste à conserver cette manne fiscale, afin qu’elle ne disparaisse pas « dans la poche de la grande distribution ». D’où la recommandation forte du Syndicat des producteurs de faire passer des augmentations de prix de 33 cents la bouteille lorsque les ventes se font hors droits / hors taxes (ou de maintenir les prix TTC). A ce titre, « l’hyper promo. » relevée à Saintes  a été ressenti comme une provocation.

Lors de l’Assemblée générale du Syndicat des producteurs, le 11 avril prochain à Cognac, sera proposée la création d’une nouvelle CVO, dite  CVO « production ». Si elle est votée, cette cotisation volontaire obligatoire acquittée par les seuls producteurs sur les volumes de Pineau fabriqués, servira à maintenir le budget promotion du Comité. Ce budget s’élève aujourd’hui à 1,6 million d’€. Avant la baisse des taxes, il était en partie alimenté par une aide compensatoire à la sur-fiscalité. Désormais, ce n’est plus le cas. « Nous n’avons pas le choix, résume Jean-Marie Baillif. Pour être visible, nous devons continuer de communiquer. »

A lire aussi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Le projet du groupe est le maintien de la réduction significative des intrants phytosanitaires, fongicides et insecticides, d’au moins 50% par rapport à la référence et l’arrêt total du désherbage chimique, tout en maintenant la productivité. Cette viticulture...

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Guillaume Chaubenit adhére au Collectif 30 000 Martell. Il a choisi de tester le programme LUMA, un programme phytosanitaire sans DSR, avec des produits 5m pour les ZNT. Changement de pratiques, année à pression forte pour le mildiou, ce jeune viticulteur, confiant...

error: Ce contenu est protégé