Publicité

Opération test pour une période test

17 janvier 2009

Le soulagement était sur toutes les lèvres au soir du 30 mai. Le syndicat de Philippe Boujut avait réussi à mobiliser ses adhérents, voire un peu au-delà. A la veille d’une période test, la négociation de la campagne 2002-2003, le SGV Cognac avait besoin de s’assurer du soutien de ses troupes, alors que c’est sous sa bannière que, pour la première fois vraiment, vont s’opérer les discussions autour de la QNV et du reste. Et Dieu sait si la période est rude.

pique_nique.jpgDe Segonzac, Archiac, Jarnac, Pons, Burie… Tels de gros hannetons, des files de tracteurs ont conflué vers Cognac. Première belle journée « où les tracteurs pouvaient rouler » après une période pluvieuse, la tentation étaient grande d’aller traiter. Environ 800 viticulteurs ont néanmoins résisté à la pression maladie pour apporter leur soutien au jeune syndicat. Réaction viscérale des vignerons : « Si l’on reste chez nous, l’on commettra sans doute une faute. » Sortir de chez soi pour s’en sortir tous ensemble… confusément, c’est ce qui rassemble les gens ce jeudi 30 mai, sans trop savoir quel autre sens donner à cette ébauche de sursaut collectif. Sauf à être d’accord avec les revendications exprimées par les dirigeants, assez consensuelles : le calendrier précis d’une évolution réglementaire allant vers une affectation des ha aux différents débouchés – un arrêté de campagne avant la récolte – le maintien du rendement agronomique à 120, calculé sur les vignes plantées – le paiement rapide de la distillation obligatoire. Les pancartes brandies par les viticulteurs se font un peu plus explicites. « Vigneron ruiné, actionnaire affamé », « Viticulteur = esclave », « Vignerons pressurés / emplois supprimés », « Viticulteur en colère, ne veut pas crever ». On comprend bien la tonalité. « Le problème, c’est les prix » résume un viticulteur. Le niveau de QNV alimente aussi les conversations. « Tout le monde peut vivre avec 6 hl de pur » prétend l’un. « Y en a qui croit encore au père Noël » lui rétorque un autre. « C’est pas le moment de s’engueuler » conclut le troisième. Le « pique-nique géant » de la Croix-Montamette, un peu surréaliste en temps de manif., est pourtant un moment de franche convivialité (normal, c’est fait pour cela). Il y a bien des petits groupes qui se forment par affinités mais les langues se délient, quelques passerelles sont lancées, le temps d’un sandwich et d’un carafon. Les candidats députés se sont invités à la fête mais comme ils sont tous là, ça n’est pas un problème. manif1.jpgOn s’attarderait bien sous les ombrages mais la sono portative appelle au rassemblement. « Vous voulez bien regagnez vos tracteurs ! » Philippe Boujut dit quelques mots avant de donner le signal de départ. Derrière les gros engins, on n’entend pas très bien. Affaire de viticulteurs. Sur le pont de Saint-Jacques, la tête de cortège tombe sur le Modef. Un Modef un peu déplumé par une nuit sans sommeil. Il a tenu le siège des quais durant 24 heures, pneus enflammés et épandeur de fumier à l’appui, caravane au milieu. Le syndicat viticole protestataire a-t-il jamais eu l’intention de dérouter la manifestation vers la Charente ? La lassitude habite les traits de Christian Sorin qui regarde sans broncher la troupe obliquer par une petite rue transversale pour gagner la sous-préfecture. Là-bas, Philippe Boujut puis Yves Dubiny trouveront les mots pour faire passer un vrai souffle syndical. Le ton y est. « A nous de nous organiser. Nous pouvons nous approcher petit à petit d’une solution la moins mauvaise possible. Il faut que ça soit fait avant 2006. Nous avons besoin de règles juridiques. Cette manifestation, c’était un brouillon pour le SGV Cognac. Dans l’avenir, nous aurons encore besoin de vous pour faire aboutir nos revendications. » Applaudissements et fin de la manifestation qui s’est dispersée dans le calme des cafés alentours. Derrière le mur de la sous-préfecture, un responsable des CRS expliquait à un collégien boutonneux les arcanes de la carrière. Décontractés les CRS.

Intraitables

Il y a les encornifleurs, les entarteurs et les emm… De toute évidence, le Modef se revendique de cette dernière catégorie, en toute trashitude assumée. En ce mois de mai 2002, il a la métaphore scatologique, le syndicat. C’est sa façon à lui de dire les choses. En toute provocation, peut-être pour pallier la briéveté de ses troupes. « Ne vous laissez pas berner comme en 1998 » lance-t-il aux viticulteurs qui défilent avec le SGV Cognac. « Votre manif, c’est du pipo. C’est ici que ça se passe, devant les maisons de négoce. Il faut s’attaquer aux prix. On a des murs en face de nous. » Après les dénonciations d’usage – « tous pourris » – il s’interroge sur la disparition de la double fin. Pour la remplacer par quoi ? « On nous dit que nous sommes dans un système libéral et que l’on ne peut obliger à rien. Mais le système libéral se transforme en système totalitaire pour le viticulteur. » D’où l’idée, récurrente, de faire imploser le système de l’intérieur, en prenant l’exemple de la production de vins. « Il faut vraiment être bête pour se donner des contraintes de production à 60 hl/ha pour vendre un vin 8 F. Les Australiens ne s’embêtent pas avec de telles limites. Donnons-nous les mêmes armes et qu’on nous laisse tranquille ! » Sa politique de la chaise vide à l’interprofession ? « De toute façon, on n’aurait pas pu y rester. » « Vous savez, notre indépendance nous coûte cher. C’est peut-être pour cela que nous ne sommes pas nombreux. Tous les ans, 700 à 800 déclarants passent à la trappe. Nous sommes tombés en dessous des 8 000 viticulteurs. Dans 4-5 ans, ce sera fini de la petite exploitation. »

A lire aussi

Le Paysan Vigneron diversifie ses prestations annexes

Le Paysan Vigneron diversifie ses prestations annexes

Vidéos d'entreprise, événements, manifestations... Le Paysan Vigneron diversifie ses services et ouvre à tous ses prestations annexes. Grâce à du matériel de prise de vue professionnel incluant un drone, vous pourrez vous mettre en valeur sous un angle inédit. Tous...

Flavescence dorée: les premières dates de traitement insecticide connues

Flavescence dorée: les premières dates de traitement insecticide connues

L'arrêté officiel de la Région Nouvelle-Aquitaine concernant le traitement insecticide contre la flavescence dorée n'a pas encore été publié, mais les deux premières dates sont d'ores et déjà connues ; cela commence dès le 13 juin. Il est à rappeler que ce traitement...

PAC 2023 : la France veut-elle un « Frexit » agricole ?

PAC 2023 : la France veut-elle un « Frexit » agricole ?

Selon Eric Andrieu, député européen, la Commission européenne est largement insatisfaite du Plan Stratégique National de la France (PSN) proposée par la France pour la mise en oeuvre de la nouvelle PAC à partir de 2023, et l'invite à revoir sa copie. L’actuel Ministre...

error: Ce contenu est protégé