« Cognac expérience » : Le concept cocktail de l’interprofession

15 février 2010

Après la création du Cognac Summit en janvier 2008, l’interprofession du Cognac a voulu prolonger cette belle aventure. Depuis deux ans, des aficionados parisiens se réunissent régulièrement autour de cocktails au Cognac. Une expérience à l’initiative du département « Marketing & communication » de Jérôme Durand et de l’agence de relations publiques Greenwich. Témoignage de son président Daniel Dhombres.

 

 

daniel_dhombres.jpg« Le Paysan Vigneron » – Que se passe-t-il à Paris autour des cocktails à base de Cognac ?

Daniel Dhombres – En fait tout a démarré il y a deux ans avec l’ICS, l’International Cognac Summit. Lors de sa première édition, en janvier 2008, quelques-uns des meilleurs mixologues mondiaux donnèrent naissance au Cognac Summit, un cocktail à base de Cognac et de gingembre frais. Comment allait-on rebondir derrière ? Nous avons pensé organiser à Paris – là où naissent les tendances, où se crée le buzz – une réunion de l’ensemble des barmen parisiens, avec la complicité de l’ABF, l’Association des Barmen de France. C’était au mois d’avril 2008. En fait, une assistance assez nombreuse a répondu à notre invitation. Entre journalistes et professionnels, ils étaient environ 80 à s’être déplacés au siège de l’OIV, l’Organisation internationale de la vigne et du vin. Par petits ateliers, ces personnes ont pu visualiser la naissance Cognac Summit et apprendre à le réaliser. A la dégustation, nous nous sommes aperçus que les gens adoraient, professionnels comme non professionnels. Les choses ne pouvaient pas en rester là. C’est ainsi qu’est née l’idée d’un rendez-vous plus tourner vers les consommateurs.

« L.P.V. » – Comment vous êtes-vous organisé ?

D.B. – Nous avons fait appel à l’un des plus beaux établissements de la capitale, le Hilton Paris, près du parc Monceau. L’endroit dispose d’une grande capacité d’accueil et deux barmen de talent y officient. Via les réseaux communautaires comme Facebook, nous avons lancé un peu plus de 300 invitations. La soirée, organisée en juin 2008, a connu un succès incroyable. Les gens découvraient un cocktail très bon et en redemandaient. « Super, on n’aurait jamais cru ! » Au vu d’un tel retour de satisfaction, nous nous sommes dit que quelque chose se passait. Avec l’équipe de Jérôme Durand, nous avons commencé à réfléchir à la manière de transformer l’essai. Comment pouvions-nous aller plus loin ?

« L.P.V. » – Et alors ?

D.B. – C’est là que nous avons pensé développer le concept « bar » de l’interprofession, autour de la découverte de cocktails à base de Cognac, un concept que nous avons baptisé « Cognac expérience ».

« L.P.V. » – Comment s’est matérialisée l’idée ?

D.B. – Nous avons créé un rendez-vous régulier au Hilton, tous les 2e vendredi du mois. Ces soirées « Cognac expérience » qui, à chaque fois, réunissaient entre 200 à 300 personnes sur invitation, associaient à la dégustation du Cognac Summit la découverte de nouveaux cocktails à base de Cognac, créés par les barmen de l’établissement. La consommation de Cognac Summit était gratuite. Celle des nouveaux cocktails payante mais à un prix tout à fait attractif (10 € le verre contre 20 ou
30 € dans cette gamme d’établissement). Cette expérience s’est prolongée jusqu’à juillet dernier et, visiblement, les cocktails à base de Cognac ont fédéré autour d’eux un noyau d’aficionados.

« L.P.V. » – Aujourd’hui, où en êtes-vous ?

D.B. – Le service marketing et communication du BNIC a souhaité marquer une pause de quelques mois, pour réfléchir à la meilleure façon de donner de l’ampleur à l’initiative. Je crois pouvoir dire que l’intention des professionnels est de développer le concept « Cognac expérience » en l’étendant à d’autres bars de grandes classes de la capitale, pour une diffusion par capillarité. Le mode opératoire devrait être arrêté à la mi-février. Encore plus que précédemment, l’idée est de faire vivre de manière ludique et pédagogique la découverte des cocktails à base de Cognac.

« L.P.V. » – Quel rôle joue votre agence aux côtés de l’interprofession du Cognac.

D.B. – Présente depuis trois ans, l’agence Greenwich a pour mission de développer l’image et la notoriété du Cognac, en droite ligne des axes de communication définis par les professionnels et mis en œuvre par les services de Jérôme Durand. En France, notre but n’est pas de faire savoir que le Cognac existe – les gens le savent – mais qu’il peut se consommer autrement qu’en digestif. Les cocktails, classiques et moins classiques, confèrent toute légitimité à la proposition. Ce sont d’excellents vecteurs d’image.

3e International Cognac Summit (ICS)
Revisiter les cocktails classiques
Après la création du cocktail Summit en 2008 et l’édition d’une roue des arômes du Cognac en 2009, la Promotion Collective Cognac s’est lancée un nouveau défi pour sa 3e édition de l’ICS : proposer au gratin des mixologues et des journalistes spécialisés la réinterprétation des grands cocktails classiques à base de Cognac, histoire de les rendre sinon meilleurs, du moins plus faciles à réaliser. C’est ainsi que des « variantes » furent créées pour les Mint Julep, Side Car, Cognac Sour, Sazerac, Singer, Mojito n° 3 et Alexander. Cela se passait à Cognac du 17 au 20 janvier 2010. Ambiance chaleureuse et festive parmi les 60 participants. Une quinzaine de maisons de Cognac les ont accueillis au MACO (musée des Arts du Cognac) le mardi 19 janvier. 

 

error: Ce contenu est protégé