Les disciples d’Escoffier, des gastronomes au grand coeur

2 janvier 2014

Incontestablement, sur la couronne de la gastronomie charentaise, le Cognac est LE joyau des joyaux… bien sûr le Pineau y brille aussi de tous ses feux…mais il serait dommage, se laissant aveugler par leur éclat, de passer à côté de bien d’autres merveilles qui émaillent le territoire de nos deux départements. Profitant de ces périodes de fêtes qui aiguisent les appétits, « Le Paysan Vigneron » vous invite à un voyage gourmand sur les terres de Charente.

Stars des tables de réveillons ou petites douceurs quotidiennes, tradition préservée ou brillante innovation, la liste en est si longue que les étapes choisies pour cette promenade ne pouvaient être exhaustives ; nous nous en excusons à l’avance auprès de ceux qui n’en font pas partie.

Nous vous présenterons aussi quelques-uns des gourmands qui se mobilisent pour ces produits, pour les défendre et les promouvoir, qui démontrent qui plus est que la gourmandise et la convivialité vont souvent de pair avec la générosité. Nous vous invitons enfin, si vous le souhaitez, à passer derrière les fourneaux pour tester quelques-uns de ces produits, grâce aux recettes, élaborées par de grands chefs, gracieusement offertes aux lecteurs du « Paysan Vigneron » par Charente Terre de Saveur.

 

 

L’ordre des Disciples d’Escoffier compte 25 000 membres dans le monde, qui s’engagent à perpétuer l’esprit d’Auguste Escoffier, « roi des cuisiniers, cuisinier des rois », qui fit internationalement connaître la cuisine française au début du vingtième siècle.

p43.jpgL’ « esprit Escoffier » réunit tous les membres de l’ordre. Il repose sur le partage des connaissances, sur un grand respect de l’histoire culinaire qui tienne compte cependant de son évolution perpétuelle et nécessaire, sur l’égalité entre tous les membres et enfin sur le soutien à des œuvres caritatives. Professeur au lycée professionnel l’Amandier à Saint-Yrieix, Patrick Guat est le responsable de l’ordre pour les 14 départements du Grand Sud-Ouest. « L’association était un peu en sommeil ces dernières années dans le Grand Sud-Ouest. Depuis un an nous travaillons à la réveiller. De nombreux chefs, mais aussi du personnel de salle, des producteurs, des épicuriens ont été intronisés ces derniers mois et nous sommes aujourd’hui une centaine. Mais 14 départements, c’est grand. Lors de la prochaine assemblée générale en mars 2014, nous allons nous réorganiser, élargir le bureau, trouver des ambassadeurs dans chaque département… Nous voulons être beaucoup plus présents. »

Ils répondaient pourtant déjà présents à Angoulême les Disciples d’Escoffier, le 24 novembre dernier à Angoulême, autant sur le soutien d’une manifestation caritative que sur la transmission des connaissances. Ce dimanche midi, Guillaume Veyssière, disciple d’Escoffier et chef de La Ruelle, ouvrait son restaurant, habituellement fermé le dimanche, pour aider l’association Agathe & Paul, une association créée par les mamans de deux enfants malades. Un déjeuner, cuisiné à 6 mains avec Yves Guat et de Jeffrey Howard, un chef américain invité par l’Amandier, régalait une quarantaine de convives et, grâce à la participation de nombreux fournisseurs du restaurant, c’est un chèque de 3 000 € que les Disciples d’Escoffier ont remis à l’association.

A peine terminé, ce déjeuner aussi gourmand que chaleureux, Patrick Guat rejoignait, quelques dizaines de mètres plus loin, le chapiteau installé place des Halles par le Club des Saveurs 16 à l’occasion des Gastronomades, pour animer une démonstration culinaire : pour clôturer la journée avec maestria, quatre disciples d’Escoffier, dont trois chefs de Maisons de Cognac, offrait au public une superbe démonstration de leur talent, en créant quatre recettes originales autour du même ingrédient, la coquille Saint-Jacques.

En savoir plus sur…
l Les Disciples d’Escoffier : www.disciples-escoffier.com
l L’association Agathe & Paul : http://fr-fr.facebook.com/agatheetpaul

 

 

A lire aussi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Le projet du groupe est le maintien de la réduction significative des intrants phytosanitaires, fongicides et insecticides, d’au moins 50% par rapport à la référence et l’arrêt total du désherbage chimique, tout en maintenant la productivité. Cette viticulture...

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Guillaume Chaubenit adhére au Collectif 30 000 Martell. Il a choisi de tester le programme LUMA, un programme phytosanitaire sans DSR, avec des produits 5m pour les ZNT. Changement de pratiques, année à pression forte pour le mildiou, ce jeune viticulteur, confiant...

error: Ce contenu est protégé