Enlèvement des marcs – campagne 2010/2011

7 octobre 2010

Flash-back – Lors de la récolte 2009, la distillerie communautaire Douence avait provoqué un mini-tsunami dans la région délimitée en demandant une participation de 5 € par tonne pour l’enlèvement des marcs. Une première dans le vignoble charentais ! Cette position trouvait sa source dans le nouveau modèle économique introduit par l’OCM viti-vinicole de 2008, moins favorable aux distilleries communautaires. Lors de la Journée des courtiers, Bernard Douence, P-DG du groupe Douence, a annoncé qu’il y renonçait, non seulement pour la récolte 2009 mais aussi pour la récolte 2010. Pourtant la donne financière n’a pas vraiment changé. Mais le P-DG du groupe Douence a justifié l’infléchissement de sa position par des éléments factuels. « Les vendanges dernières se sont bien passées. Des degrés relativement élevés ont dégagé des rendements alcool supérieurs à ce que nous attendions. » Il n’a pas éludé non plus l’impact qu’avait joué sur sa décision la mobilisation syndicale. « Le SGV a eu une position un peu dure sur le sujet. » Une manière indirecte de rendre hommage au travail réalisé par le syndicat. Bernard Douence a quand même tenu à remercier les « plus de 2 000 viticulteurs à qui, en retour de notre courrier, nous ont dit qu’ils accepteraient de payer les 5 € par tonne. » « La distillerie Douence, a-t-il poursuivi, collecte aujourd’hui environ 65 % des marcs de Charente et de Charente-Maritime, soit 75 à 80 000 tonnes. A 5 € la tonne, cela aurait représenté une somme de 400 000 €. Nous remercions les viticulteurs mais nous ne leur demanderons pas les 5 €. Et pour la campagne 2010 non plus. Nous espérons simplement que les vendanges se passeront bien et que le degré sera au rendez-vous. »

Si les distilleries communautaires collectent les marcs, elles ont aussi vocation à traiter les vins en excédents. Bernard Douence a abordé le sujet. « Cette année, compte tenu de la belle apparence de récolte, les volumes en excédents seront sans doute plus importants. Le coût de revient pour traiter ces vins s’élève à 45 € l’hl AP, pour un prix de vente sur le marché mondial de la carburation de 28 €. Avec la profession viticole, nous devrons avoir une vraie réflexion sur le sujet. »

A lire aussi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Le projet du groupe est le maintien de la réduction significative des intrants phytosanitaires, fongicides et insecticides, d’au moins 50% par rapport à la référence et l’arrêt total du désherbage chimique, tout en maintenant la productivité. Cette viticulture...

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Guillaume Chaubenit adhére au Collectif 30 000 Martell. Il a choisi de tester le programme LUMA, un programme phytosanitaire sans DSR, avec des produits 5m pour les ZNT. Changement de pratiques, année à pression forte pour le mildiou, ce jeune viticulteur, confiant...

error: Ce contenu est protégé