La Chambre d’Agriculture réagit face à la situation ukrainienne et aux attaques contre les systèmes d’irrigation

22 mars 2022

Face à une situation très agitée tant sur le plan international que local, la Chambre d’Agriculture de Nouvelle Aquitaine a tenu ce jeudi 17 mars une session qui a découlé sur deux motions séparées. 

La première concerne la forte hausse des charges liées à l’énergie pour les agriculteurs à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie; par ailleurs fermement condamnée par la Chambre d’Agriculture. Elle demande ainsi que:

– Les pouvoirs publics débloquent les livraisons de GNR pour les entreprises agricoles et para-agricoles en convaincant les fournisseurs qu’il s’agit d’un facteur essentiel pour la souveraineté alimentaire ;

– Le remboursement de la TICPE prévue par la Loi de Finance pour le GNR et les autres hydrocarbures à destination de la production agricole soit anticipé pour redonner de l’air aux exploitations agricoles sans impact significatif pour le budget de l’Etat ;

– Les exploitations agricoles, déjà fragiles économiquement, puissent bénéficier d’un « chèque énergie » comme les particuliers ;

– Les contraintes administratives qui limitent la production agricole, comme le respect des SIE pour la PAC 2022 ou la mise en place de surfaces non-productives dans la BCAE 8 à partir de 2023, soient levées pour compenser en partie les pertes de production liées à la guerre en Ukraine et que la France contribue à la souveraineté alimentaire française, européenne et mondiale ;

– Les projets qui contribuent à s’affranchir des hydrocarbures russes, comme la méthanisation pour produire du gaz vert, le photovoltaïque sur les bâtiments agricoles ou encore le développement de biocarburants à partir de la production agricole pour se substituer au gasoil ou à l’essence, soient facilités et accompagnés pour une accélération de leur développement ;

– L’Etat fasse respecter urgemment la Loi visant à protéger la rémunération des agriculteurs en ciblant les contrôles de la DGCCRF sur les premiers acheteurs des agriculteurs qui refusent les propositions de contrats qui prennent en compte les indicateurs de prix de revient définis par les interprofessions et les sanctionne pour que la Loi soit enfin respectée ;

D’autre part, dans une problématique plus régionale, cette session de la Chambre d’Agriculture a aussi abordé les actes de vandalisme perpetrés par des activistes contre les réserves d’eau destinées à l’irrigation. Elle réitère son soutien aux agriculteurs touchés par ces dégradations de leurs outils de travail et demande que :

-Les pouvoirs publics engagent une fois pour toute, les démarches pour que la justice puisse condamner les auteurs de ces exactions, afin que les victimes puissent être indemnisées des préjudices financiers et moraux très lourds qu’ils ont subis ;

– A la veille de nouvelles actions annoncées à la fin de du mois de mars par les collectifs « anti-réserves », l’Etat prennent ses pleines et entières responsabilités et les moyens nécessaires pour ne pas laisser s’installer un Etat de non droit et protège particulièrement les sites des réserves pour empêcher de nouveaux actes de délinquance.

A lire aussi

Grand Cognac présente au public son projet de PLUI

Grand Cognac présente au public son projet de PLUI

Grand Cognac organise 4 réunions d’information et une exposition pour présenter la traduction règlementaire du projet de PLUi, autrement dit les règles générales qui s’appliqueront à tout projet de construction, une fois ce futur document en vigueur. La première...

error: Ce contenu est protégé