Frédéric Ardouin, Le Nouveau Directeur Maître De Chai De Martell

13 mars 2009

photo_fred_iibureau_md_opt.jpegAprès avoir été le directeur technique au Château Latour, M. Frédéric Ardouin est devenu depuis quelques semaines le nouveau Directeur Maître de Chai de la Maison Martell. C’est un nouveau challenge qu’il entend relever en nouant des relations directes avec la filière de production Cognac.

 

 

 

La maison Martell connaît un développement de son activité important puisqu’au cours des cinq dernières années, les ventes ont été multipliées par deux et la part des qualités supérieures (VSOP, Cordon Bleu et nouvel XO) représente actuellement plus de la moitié des volumes vendus. Par ailleurs, les responsables de Martell et du groupe Pernod Ricard semblent assez optimistes sur les perspectives commerciales de la marque à moyen terme. La communication récente de la synthèse de l’activité des neuf premiers mois de l’exercice en cours confirme cette tendance puisque les ventes de Cognac Martell enregistrent une progression de 21 % en volume et de 31 % en chiffre d’affaires. Le redressement spectaculaire de l’activité commerciale de Martell s’est accompagné depuis trois ans d’un net développement des achats de vins de distillation et d’eaux-de-vie. La maison de négoce manifeste la volonté de renouer des liens d’approvisionnement durables avec la viticulture en s’appuyant sur les principes d’achats contractuels. L’arrivée du nouveau directeur maître de chai, M. Frédéric Ardouin, est donc un événement important car ce poste de responsabilité englobe deux volets d’activité, l’un technique concernant la gestion des achats et la maîtrise de la qualité, et l’autre à caractère plus commercial.

Une volonté de s’engager dans un poste de grande responsabilité

Frédéric Ardouin a eu un cursus professionnel dans l’univers de la vigne et du vin à la fois original et exceptionnel. En effet, ce fils de viticulteur et de bouilleur de cru originaire de Saint-Romain-de-Benet a toujours eu la volonté de travailler dans la région de Cognac, mais les circonstances de la vie ne lui avaient jusqu’à présent pas permis de réaliser ce souhait. Diplôme d’ingénieur œnologue de l’ENITA de Bordeaux en poche, il travaille durant huit ans au CER de Charente-Maritime.

D’ailleurs, dans le cadre de cette formation, F. Ardouin avait effectué au début des années 90 son stage de fin d’étude à la maison Martell dont le thème était à l’époque : « la réduction des coûts de production dans le Vignoble Charentais ». En 1996, il entre au château Latour et en devient le directeur technique : « Pendant plus de 11 ans, le challenge au château Latour m’a passionné. Il fallait en permanence se remettre en cause au niveau de la recherche de qualité pour obtenir le meilleur du meilleur. Quand on travaille dans un domaine aussi prestigieux du Médoc, que peut-on espérer de mieux sur le plan professionnel ? Cette question, je me la posais depuis quelques années en pensant bien sûr à ma région natale mais le château Latour mobilisait toute mon énergie. » Il y a deux ans encore, F. Ardouin n’imaginait pas revenir en Charentes pour prendre un poste de grande responsabilité, et aujourd’hui c’est fait !

« Je veux comprendre en allant sur le terrain »

Le nouveau Directeur Maître de Chai a l’intention de s’intéresser de près aux problèmes de production afin que la société Martell mette en œuvre une politique d’achat fidèle à ses principes. Son souhait est
d’aller à la rencontre de tous les acteurs de la filière pour comprendre « la région en profondeur » : « Je ne peux pas concevoir de faire ce métier en restant dans mon bureau. J’ai la volonté de comprendre les choses en allant sur le terrain. Je vais aller voir les viticulteurs pour appréhender les spécificités de leur métier et aussi leur faire part de nos attentes en matière de qualité et de besoin d’achats dans le moyen terme. Le souhait de l’entreprise est d’avoir un langage clair avec ses livreurs. La qualité est un enjeu majeur pour Martell. Le Cognac est un produit noble qui doit être élaboré à partir de vignes bien conduites et de vins d’excellente qualité. Sur le plan économique, les périodes d’emballement des prix des eaux-de-vie et aussi de surproduction risquent de déstabiliser durablement toute la filière Cognac. Le souhait de Martell est de répondre à la demande croissante du marché tout en préservant l’avenir de la viticulture. Orienter mon regard vers le long terme est aujourd’hui une de mes missions prioritaires. »

A lire aussi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Le projet du groupe est le maintien de la réduction significative des intrants phytosanitaires, fongicides et insecticides, d’au moins 50% par rapport à la référence et l’arrêt total du désherbage chimique, tout en maintenant la productivité. Cette viticulture...

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Guillaume Chaubenit adhére au Collectif 30 000 Martell. Il a choisi de tester le programme LUMA, un programme phytosanitaire sans DSR, avec des produits 5m pour les ZNT. Changement de pratiques, année à pression forte pour le mildiou, ce jeune viticulteur, confiant...

error: Ce contenu est protégé