Fête du Cognac, les 27,28 et 29 juillet 2017

29 juin 2017

La Fête qui a su fédérer le Cognac, un public populaire et de nombreux bénévoles, souvent issus des rangs viticoles, aborde avec bienveillance et plasticité sa vingtième édition. Fille de la crise en 1998, elle a eu l’intuition – et les jeunes à travers elle –  qu’un cadre festif pourrait être aussi efficace qu’une levée de boucliers.

Les enfants jouent devant la scène, les garçons se font la bise, les filles discutent entre elles… « La génération des trentenaires en pleine forme » commente, amusée, une habituée. Cette année, l’assemblée générale de la Fête du Cognac fut bien plus qu’une AG. Ce fut un point d’étape, une respiration, une pause à une date phare de la manifestation : son vingtième anniversaire. En 1998, une poignée de jeunes viticulteurs ont l’intuition que, pour rassembler autour du Cognac, mieux vaut faire la fête que la guerre. On rassemblera plus de gens, le message sera plus positif. L’époque n’est pourtant pas facile : repli des ventes de Cognac, achats en berne, questionnements en tous genres. Mais la période voit un même temps se lever une foultitude d’initiatives : ouverture des distilleries, animations des bouilleurs de cru sur les lieux de vente…En 1998, une poignée de jeunes viticulteurs s’invitent à la Croix-Montamette, la fête foraine de Cognac, connue à cinquante kms à la ronde pour son opulent feu d’artifice. Dès la première édition, la Fête du Cognac s’appelle déjà…Fête du Cognac. L’année suivante, les deux CDJA (Centre départemental des jeunes agriculteurs) 16 et 17, à la base de l’initiative, crée leur association : les Jeunes Agriculteurs Animent le Cognac (JAAC). Président, François Méry de Salles d’Angles près de Cognac, vice-présidents Pascale Croc de Thénac (17) et Sébastien Dénéchère, de Brie-sous-Matha, trésorier Jean-Philippe Painturaud…En 2020, Sébastien Dénéchère comme Jean-Philippe Painturaud sont toujours là à s’impliquer et  avec eux sans doute pas mal « d’historiques ». Entre-temps, ils ont été rejoints par de nombreux volontaires, venus de tous horizons. Tout au long de ces années, la « bienveillance » fut l’une des marques de fabrique de La Fête de Cognac ; bienveillance à l’égard de son public, bienveillance à l’égard de tous ceux qui, à un moment donné, ont eu envie de pousser la porte. La bienveillance, un mot qui connaît pas mal de résonances aujourd’hui.

 

Karl Lorca, le président de l’association, a salué les pionniers « de cette manifestation festive autour du Cognac. Merci à eux, ils peuvent être fiers. »

 

Collectif

 

Comme à l’habitude, la Fête du Cognac a joué collectif pour présenter le bilan 2016 et aborder l’édition 2017. Plusieurs membres du comité directeur – Manu, Seb, Karl, Michaël, Alexandre, d’autres encore – sont intervenus devant le parterre très fourni des bénévoles, réunis à l’espace 3 000 de Cognac.

 

« De l’avis général, la dernière Fête du Cognac fut une réussite » a dit Manu. Du jeudi au samedi, elle a drainé environ 23 000 personnes. Une soirée s’est jouée à guichets fermés, celle du jeudi. Le samedi, 7 000 personnes participèrent à la Fête.  Les deux éditions précédentes avaient généré, en cumuler, un déficit de 60 000 €. Avec des recettes de 340 000 €, l’édition 2016 a permis d’effacer l’ardoise. Mieux !  Sur 2016, nous avons dégagé un bénéfice de 31 000 € ». Applaudissement de la salle. Si la billetterie a généré 60 % des rentrées, le partenariat a représenté 168 000 € (37 000 € de subventions soit 7 % du total).

Habituellement, l’affiche de la Fête du Cognac n’est révélée que très tard. Exception cette année où l’affiche joue le rôle de totem, image symbolique de la manifestation. En tout cas c’est ainsi que l’a pensé et conçu Sonia, de l’Atelier graphique du Cognaçais. Présente, la jeune graphiste a assisté en direct au dévoilement progressif des 20 détails qui, aux yeux des organiseurs, incarnent le mieux la Fête du Cognac et qui, au final, composent le visuel. Parmi ces détails, il a bien sûr la couleur orange, teinte fétiche de la Fête du Cognac mais aussi ces points lumineux qui scintillent dans la nuit ou encore les platanes en bords de Charente ; les enfants bien sûr, car la fête du Cognac est avant tout une fête multigénérationnelle, cette barquette en fibre qui depuis 2015, remplace la vaisselle plastique, le fameux gobet qui permet de déguster le Cognac, qui a fait son apparition en 2009, les polos, les « mange debout », tracteurs, barriques, tours des Monic La mouche, qui donnent son identité à la Fête depuis 2006…A la vue de l’affiche enfin recomposer façon puzzle, des gens se sont exclamés – « Belle affiche, du beau boulot ».

 

de nouvelles cabanes

 

 

Les animateurs de la Fête du Cognac avaient envie de marquer cette 20 ème édition de quelques nouveautés. Rémi Marcotte (Les jardins respectueux) leur a proposé une sorte d’arbre à palabres, un dôme réalisé en bois et en inox. La structure viendra se glisser dans le décor. Mais le projet le plus ambitieux est sans nul doute celui bâtit en interne par des membres de l’association : construire de nouvelles cabanes à partir de containers désaffectés. Monic La Mouche y a mis son grain de sel, histoire d’enflammer l’imaginaire. Découper, percer, souder…ce gros chantier à mobiliser les énergies « jour après jour, mois après mois » comme il est dit dans la très jolie vidéo réalisée au fil du travail. Les belles cabanes seront au rendez-vous au mois de juillet, pour accueillir melon, moules, huîtres et autres spécialités charentaises. « Merci les garçons, merci Alexandre d’avoir relevé le défi. C’est un vrai projet, porté par une vraie envie, beaucoup d’engagement. Ces cabanes vont devenir un élément repère de la Fête. »

 

Karl Lorca a remercié de leur soutien les partenaires privés, le BNIC qui de tout temps apporta son aide, la Région Nouvelle Aquitaine, la Communauté d’agglomération Grand Cognac. « A l’occasion du réaménagement des Quais, ses services ont pensé à enfouir des câbles pour notre manifestation. Merci de nous avoir considérés dans le projet. » Le président du conseil d’administration a salué « l’engagement de cœur et d’esprit » que constituait la Fête. « C’est un lien social qui fédère, conçu dans un esprit guinguette, familial et populaire ». Oui mais avec de la musique qui décoiffe. Gaëtan Brochard, directeur de West rock et responsable de la programmation musicale de la Fête du Cognac s’est chargé de la présentation.

 

  Fête du Cognac 2017 : Programmation

 

Jeudi 27 juillet – Soirée électro « typée jeunes »

Début à 20 h 30 (trois groupes)

Trinix : DJ Lyonnais plutôt « électro – house »

Offenbach : DJ parisiens – « house plus teintée rock »

Kungs : DJ toulonnais – son single « Don’t you know » entendu 200 millions de fois sur YouTube

 

Vendredi 28 juillet – Soirée « Fun Hi-Hop »

Nomadic Massive : première tournée en Europe, première tournée en France pour ce groupe aux couleurs de l’arc-en-ciel qui vient de Montréal.

Ben L’Oncle Soul : Il s’inspire de trois albums de Franck Sinatra pour son dernier opus

 

Samedi 29 juillet – Soirée « aux accents rock »

Début à 20 h 30

The Noface : un nouveau groupe formé par les anciens de Skip the Use – « Du rock, du rock, du rock »

Lyristrata : les locaux de l’étape (ils sont de Saintes). Jeune groupe rock-punk porté par  une très grosse énergie. Repéré au Festival de Bourges.

Trust : le groupe aux 40 ans de carrière, très rock lui aussi. Son guitariste accompagne Johnny Hallyday.

 

Prix d’entrée : 14 € la soirée

https://lafeteducognac.fr

 

 

A lire aussi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Le projet du groupe est le maintien de la réduction significative des intrants phytosanitaires, fongicides et insecticides, d’au moins 50% par rapport à la référence et l’arrêt total du désherbage chimique, tout en maintenant la productivité. Cette viticulture...

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Guillaume Chaubenit adhére au Collectif 30 000 Martell. Il a choisi de tester le programme LUMA, un programme phytosanitaire sans DSR, avec des produits 5m pour les ZNT. Changement de pratiques, année à pression forte pour le mildiou, ce jeune viticulteur, confiant...

error: Ce contenu est protégé