Cognac Se Dote d’Une ADG

13 mars 2009

 

desouchejpg_opt.jpeg

Xavier Desouche, président de l’ADG Cognac.

L’assemblée constitutive de l’ADG Cognac s’est tenue le 12 juillet dernier au siège du BNIC. ADG, ODG… On s’y perd dans ces sigles barbares. L’ADG (pour Association de défense et de gestion de l’AOC Cognac), c’est l’ODG versus Charentes. Par rapport aux autres ODG de France et de Navarre, l’ADG Cognac a pour principale caractéristique d’être paritaire. Elle compte le même nombre de viticulteurs et de négociants, 17 des deux côtés. Par ailleurs, on la dit « adossée » à l’interprofession, pour bien marquer sa proximité avec le BNIC. Reste qu’il s’agit d’une structure indépendante de l’interprofession, selon le vœu manifesté par la viticulture. Dans le cadre de la réforme de l’INAO, l’ODG (ADG à Cognac) a pour objet de défendre l’appellation et d’être « une force de proposition » pour le cahier des charges, autre nom donné au décret d’appellation. C’est dire son rôle, appelé à devenir central dans toutes les zones d’appellation. Avec ou sans affectation parcellaire, la région délimitée Cognac aurait été amenée à avoir son ODG, le Cognac étant appellation d’origine contrôlée depuis 1936. Mais avec le projet de gestion INAO sur les ha Cognac, la réforme des procédures INAO prend un nouveau relief en Charentes. Voici la région concernée de plain-pied par la « geste INAO ».

Comme déjà dit, l’ADG Cognac se compose de 17 négociants et de 17 viticulteurs. Le collège du négoce se calque à quelques nuances près sur la représentation interprofessionnelle. Les seuls changements concernent le remplacement de négociants en vins par des bouilleurs de profession, distillateurs dont le nombre se trouve ainsi renforcé au sein de l’ADG.

Modifications plus substantielles côté viticulture où le SVBC se voit crédité de cinq sièges, avec deux membres du bureau sur sept. Cette participation dépasse celle au BNIC, où le SVBC est représenté par deux personnes, Christophe Véral et Olivier Louvet. Une fois constituée, l’assemblée de l’ADG a procédé à l’élection du bureau. Comme il avait été prévu au départ, la présidence revient à un viticulteur. Il s’agit de Xavier Desouche, membre du SGV Cognac. Au titre du négoce, Yann Fillioux occupe le mandat de vice-président, une alternance viticulture/négoce qui se retrouve à chacun des postes (secrétaire, secrétaire adjoint, trésorier, trésorier adjoint…).

Peu connu du « grand public viticole », le nouveau président de l’ADG, Xavier Desouche, est viticulteur à Fouquebrune, au sud d’Angoulême, région de Fins Bois. Installé depuis 1982, il exploite 33 ha de vignes et 35 ha de céréales. Adhérent de la première heure au SGV Cognac, avec dans la foulée, des fonctions de délégué, il est perçu comme quelqu’un de rigoureux, qui a à cœur de mener à bien les missions dont il est chargé. Ses motivations syndicales, il les exprime de la manière suivante : « J’ai adhéré au SGV Cognac pour essayer de sortir la région de l’impasse dans laquelle elle se trouvait. Aujourd’hui la situation s’est améliorée mais qu’en sera-t-il demain ? Je défends l’affectation parcellaire, justement pour éviter de retomber dans l’ornière que nous avons connue. » Les missions de l’ADG lui semblent participer de cette refondation. « L’Association de défense et gestion va devoir mettre en place l’agrément, une étape importante pour faire de notre AOC une appellation complète. Sans agrément, notre région d’appellation était assise sur un tabouret un peu bancal. » Derrière l’agrément, se profilent les contrôles. « A leur sujet, nous n’allons pas réinventer la poudre, commente X. Desouche. Il faudra privilégier les auto-contrôles, dont les bases existent avec l’HACCP demandé par le négoce. » Les premières réunions de bureau de l’ADG vont justement être consacrées à la préparation du plan de contrôle. Viendra ensuite le travail sur le règlement intérieur, dans la perspective des élections 2008. Disposant de peu de temps comme tout viticulteur, Xavier Desouche est pourtant résolu à se rendre disponible. « J’essaierai d’aller au bout de mon engagement. » Agé de 45 ans, marié, il a cinq enfants.

 

Composition De l’ADG Cognac

Collège du négoce

Francis Barat (membre du bureau, négociant), Lionel Breton (négociant), Max Cointreau (négociant), Philippe Coste (négociant), Thierry Demolis (négociant), Yann Fillioux (vice-président, négociant), Jean-Marc Girardeau (secrétaire adjoint, négociant), Jean-Pierre Lacarrière (membre du bureau, négociant), François Le Grelle (négociant), Jean-Marc Olivier (membre du bureau, négociant), Patrick Peyrelongue (négociant), Patrick Raguenaud (membre du bureau, négociant), Antoine Cuzange (négociant).

Jame Bannier (trésorier, distillateur de profession), Bernard Lassalle (distillateur de profession), Alain Rechou (distillateur de profession), Michel Thomas (distillateur de profession).

Collège de la viticulture

Philippe Boujut (membre du bureau, SGV), Patrick Brisset (SGV), Xavier Desouche (président, SGV), Cristophe Forget (SGV), Eric Gauche (SGV), Sylvain Guillet (trésorier adjoint, SGV), Bernard Guionnet (SGV), Véronique Laprée (SGV), Jean-Bernard de Larquier (secrétaire, SGV), Jean-Luc Lassoudière (SGV), Jean-Marie Moreau (membre du bureau, SGV), Marie-Laure Saint-Martin (SGV).

Olivier Louvet (SVBC), Philippe Martineau (SVBC), Stéphane Roy (membre du bureau, SVBC), Michel Saunier (SVBC), Christophe Véral (membre du bureau, SVBC).

A lire aussi

Grand Cognac présente au public son projet de PLUI

Grand Cognac présente au public son projet de PLUI

Grand Cognac organise 4 réunions d’information et une exposition pour présenter la traduction règlementaire du projet de PLUi, autrement dit les règles générales qui s’appliqueront à tout projet de construction, une fois ce futur document en vigueur. La première...

error: Ce contenu est protégé