Cognac Blues Passions

2 mars 2012

L’ex chanteur de Police sera l’une des stars du 19e Cognac Blues Passions. La présentation de l’affiche, le 3 février, fut l’occasion d’annoncer quelques noms. L’ensemble de la programmation sera dévoilé le 2 mars, lors de la conférence de presse officielle.

p42.jpgMario Dolfi, l’affichiste très respecté et très apprécié de CBP (Cognac Blues Passions), a concocté une affiche toute en élégance et en fragilité, où le guitariste semble comme en déséquilibre, en lévitation, dans la quête de son instrument fétiche. L’une des légendes du blues et de la soul, BB King (venu deux fois à Cognac, en 1995 et 2009), a porté très haut l’instrument à six cordes. Sting, l’ancien chanteur de Police, qui mène une carrière solo depuis plus de vingt ans, fut lui aussi un adepte de la guitare basse. Il sera l’une des têtes d’affiche du Cognac Blues Passions. Le festival se déroulera à Cognac et Jarnac du 3 au 8 juillet 2012. Sting sera présent sur la grande scène du Blues Paradise le 6 juillet. La veille, le parc de l’hôtel de ville aura eu les honneurs de Hugh Laurie. On n’attendait pas l’acteur vedette de Dr House, la série cultissime aux 80 millions de spectateurs dans un registre musical. Eh bien si. Let them talk, le premier album d’Hugh Laurie, fut un hommage rendu au Blues. L’acteur et producteur anglais, très bon musicien, a toujours cultivé la blue note et, plus généralement « le clavier bien tempéré ». A découvrir au Blues 2012. La jolie Selah Sue ouvrira le festival le 3 juillet à Jarnac, sur le site de l’Ile Madame. Cette brindille flamande à la voix très noire, fan de Bob Marley, a lancé ses premiers feux sur sa page myspace. Surprise ! Des dizaines de milliers de fans l’ont découverte et applaudie. Un miracle n’arrivant jamais seul, Prince lui a confié la première partie de son concert à Anvers, en Belgique. La carrière de la blonde à croquer, pas mièvre pour un sou, était sur les rails. Son clip Raggamuffin se classe parmi les charts. Avec The Cranberries, on est un cran au-dessus ou en dessous, au niveau tessiture des voix s’entend. Leur tube planétaire Zombie est dans toutes les têtes. Le groupe irlandais et sa chanteuse Dolores O’Riordan seront à Cognac le 7 juillet.

On ne reviendra pas sur le sempiternel débat : blues or not blues ? « C’est de la musique que nous aimons et que nous défendons » résume Michel Rolland, programmateur et créateur de l’événement musical. Il revendique toutes les influences, tous les croisements, tous les métissages. « Nous recherchons une expression, une couleur, une émotion. C’est l’esprit et l’éthique de notre festival, créé voilà presque vingt ans. Notre objectif ! Que le festival reste dans les mémoires comme un moment exceptionnel. Ensuite, les tiroirs, les chapelles, les étiquettes… » « Vrai, confirme le président de Cognac Blues Passions, Claude Mourguet. Si des noms très connus font venir au Blues des « petits jeunes », ce sera très bien. » « Sting, voilà très longtemps que nous cherchions à le signer, précise M. Rolland. Et puis ça ne se faisait pas : pas la bonne date, pas le bon budget… Un jour tout fonctionne et c’est tant mieux. »

Le prix des billets a été étudié serré. Bien sûr toujours trop cher pour une famille mais Sting à 65 € le billet, on ne dira pas que c’est « cadeau » mais cela reste raisonnable. Lors de sa tournée française dans les Zéniths, les places les moins chers de la star internationale sont à 65 € et les plus chères à 103 €. « Ici à Cognac, nous sommes dans un cadre somptueux » ajoute Michel Rolland. Pour The Cranberries, il en coûtera 45 €, 42 € pour Hugh Laurie, 35 € pour Selah Sue. Gwenaëlle Tranchant, chargée de la communication, insiste sur les possibilités de se procurer des billets à moindre prix grâce aux CE (comités d’entreprise) ou autres achats groupés. « La décote peut représenter jusqu’à près de la moitié du tarif. » Conseil général, ville de Cognac et autres médiateurs sociaux accordent aussi des coups de pouce. L’an dernier, une centaine de personnes a pu assister aux concerts de Moby pour… 2 €. « Nous nous attachons à ce que les tarifs de la billetterie n’explosent pas » confirment les organisateurs.

Les pass, volontairement limités à 1 200, s’affichent au tarif de 160 € pour l’ensemble du festival. La jauge du Groove au château (de Cognac), de seulement 300 places, pose un problème récurrent. La programmation, franchement blues, attire un public d’initiés, toujours plus nombreux et régulièrement déçus de ne pouvoir assister aux concerts. Réponse de Michel Rolland. « On ne peut pas pousser les murs. Et je préfère gérer une déception que des places vides. » Ainsi le Groove au château restera dans son format actuel. Seul petit aménagement. Il sera possible de réserver ses places à l’avance. Le directeur du festival fait également remarquer que la manifestation n’est pas étriquée. Les scènes sont fournies et les places nombreuses : 7 000 entrées au Blues Paradise, 500 aux Abattoirs, entre 500 et 600 chez Martell… « L’idée est certes d’accueillir du public mais nous ne cherchons pas non plus à battre des records. Une belle affiche et des festivaliers heureux, voilà ce qui nous motive. »

martell : le blues à saute-barrière
C’est connu ! La musique adoucit les mœurs, facilite les relations. La maison Martell l’a bien compris, qui s’est associée à Cognac Blues Passion et au casino Barrière pour proposer à ses partenaires privilégiés un dîner-concert au passage de chaque saison : hiver, printemps, été, automne. Le concept est simple. La maison de commerce retient deux ou trois tables de neuf personnes et charge ses bouilleurs de profession ou courtiers d’inviter livreurs de vin ou bouilleurs de cru, fournisseurs de la maison. Un représentant de la
société est présent à chaque table. « C’est l’occasion de nouer un contact plus convivial, dans un cadre agréable » explique Caroline Ricard, responsable de la communication. Michel Rolland et son équipe se chargent de la programmation musicale. En plus des invités de Martell, le dîner-concert rassemble une centaine de personnes. A chaque fois, la soirée fait « carton plein ».A l’apéritif, la marque de Cognac offre un Cognac tonic à tous les convives et un Cordon bleu au moment du dessert. Des menus sont édités à l’enseigne de la marque.

 

 

A lire aussi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Le projet du groupe est le maintien de la réduction significative des intrants phytosanitaires, fongicides et insecticides, d’au moins 50% par rapport à la référence et l’arrêt total du désherbage chimique, tout en maintenant la productivité. Cette viticulture...

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Guillaume Chaubenit adhére au Collectif 30 000 Martell. Il a choisi de tester le programme LUMA, un programme phytosanitaire sans DSR, avec des produits 5m pour les ZNT. Changement de pratiques, année à pression forte pour le mildiou, ce jeune viticulteur, confiant...

error: Ce contenu est protégé