Charentes Alliance « Monte En Puissance »

11 mars 2009

Les deux principales coopératives céréalières et d’approvisionnement de la région, la CAC et Syntéane, viennent de franchir une étape supplémentaire de collaboration en signant un pacte de convergence au sein de l’union Charentes Alliance. Les deux présidents, M. Bruno Foucher de la CAC et M. Michel Grenot de Syntéane, et les directeurs des deux entreprises, M. Alain Cardinaud et M. Jean-François Grange, ont décidé de faire considérablement évoluer les missions de Charentes Alliance qui jusqu’à présent se limitaient à la commercialisation des céréales. Les nouveaux engagements de partenariats de travail concernent les branches d’activités importantes liées à la conduite des productions céréalières, à la gestion des approvisionnements et à l’utilisation de moyens informatiques communs. Pour l’instant, l’ordre du jour n’est pas à la fusion mais à la recherche de synergie de travail susceptible d’améliorer la compétitivité économique des deux coopératives qui restent des entités indépendantes ayant en charge leurs politiques respectives avec les adhérents. Créée il y a trois ans, l’union Charentes Alliance a parfaitement rempli sa mission de metteur en marché des céréales mais les deux entreprises « mères » ont souhaité créer au sein de cette structure trois nouvelles activités, un pôle productions végétales (achat, mise en marché et gestion logistique des céréales), un pôle agrofournitures (gestions communes des appros, achats, stockage, logistique) et un pôle informatique (mise en place d’un système informatique unique). On peut tout de même se demander si d’ici quelques années, une nouvelle étape plus formelle ne sera pas franchie car les engagements du pacte de convergence concernent les activités majeures des deux coopératives.

Une seule finalité : améliorer la performance économique

La philosophie qui a prévalu dans le nouveau développement des activités de Charente Alliance est de ne pas recréer des charges de structures supplémentaires mais au contraire de rechercher une meilleure efficacité économique pour l’avenir. L’union va fonctionner en s’appuyant sur les équipes existantes des deux coopératives et en utilisant les moyens de communications modernes. M. Alain Cardinaud considère que c’est « la bonne santé » économique des deux coopératives qui a permis d’aborder les nouveaux partenariats de travail au sein de l’union sur des bases constructives : « Les deux coopératives qui sont bien installées dans leurs métiers de l’approvisionnement et de la collecte des céréales dégagent depuis plusieurs années des résultats financiers solides. Les aires d’activités sur lesquelles elles travaillent sont distinctes et complémentaires sur le plan des types de productions et de l’unité de terroir, d’où l’intérêt de construire des choses ensemble. Au niveau des céréales, notre métier est de déplacer une matière première travaillée des champs vers les silos portuaires et pour cela il nous faut être efficaces au niveau de la logistique. La gestion des approvisionnements, des semences, des produits phytosanitaires, des engrais nécessite aussi une grande efficacité logistique, d’autant que l’environnement réglementaire devient de plus en plus contraignant. Notre collaboration au sein de l’union doit nous permettre de mettre en place des moyens plus rationnels, moins coûteux et d’améliorer la compétitivité économique de nos entreprises et de celle des agriculteurs avec qui nous travaillons. »

Harmoniser la logistique au niveau des céréales et des agrofournitures

charente_alliance.jpg

De gauche à droite : M. Dominique Pertriaux, M. Michel Grenot, M. Jean-François Grange, M. Bernard Foucher et M. Alain Cardinaud.

Au niveau des productions végétales, Charentes Alliance va construire des offres commerciales et contractuelles pour les adhérents pour essayer d’adapter au mieux les caractéristiques des productions aux attentes commerciales. C’est M. Dominique Pertriaux qui aura en charge la mise en place de toutes ces démarches. La valorisation de cette première étape de travail passera par une harmonisation de la logistique de stockage des céréales de chacune des coopératives. Les approches de suivi qualitatif, de tri de lots vont être standardisées afin de faciliter l’organisation de la sortie des céréales au moment de leur commercialisation. A terme, des économies substantielles seront réalisées au niveau des moyens de transport qui seront gérés d’une manière commune et cela devrait permettre de mieux rentabiliser l’utilisation de la flotte de camions. Au niveau des agrofournitures, l’union va prendre en charge les achats pour les deux coopératives et une harmonisation des politiques commerciales et des gammes va progressivement se mettre en place. Le stockage des produits phytosanitaires constituait aussi depuis quelques années un sujet de préoccupation majeur pour les deux coopératives. En effet, les distributeurs vont devoir se doter d’entrepôts de stockage aux normes (de type Ceveso II), et la construction de ce type de bâtiment nécessite un investissement très lourd et des délais très longs pour trouver un site adapté. L’équipe de direction de Charentes Alliance a préféré pour l’instant la voie du non-investissement en sous-traitant le stockage des produits phytosanitaires auprès d’un prestataire disposant de place dans un site Ceveso II situé dans les Deux-Sèvres (site de la périphérie de Niort de la société De Sangosse). L’utilisation de cette plate-forme va permettre d’envisager la mise en place d’un nouveau système de logistique susceptible d’assurer directement les livraisons chez les agriculteurs pour toutes les grosses commandes. En effet, dans un avenir proche, les agriculteurs ne pourront plus transporter dans leurs véhicules utilitaires de ferme des quantités substantielles de produits phytosanitaires.

Un projet d’avenir voulu et encadré par les élus

Les deux coopératives possédaient aussi jusqu’à présent leurs propres services d’expérimentations (pour les céréales et la vigne) qui vont être rassemblés au sein d’une même structure. L’objectif est d’éviter les doublons en matière de suivi technique et de permettre de mobiliser des moyens supplémentaires sur des dossiers d’avenir. Le dernier pôle d’activité de l’union concernera l’outil informatique et M. Jean-François Grange est chargé d’harmoniser les deux réseaux technologiques existants d’ici l’été 2008. MM. B. Foucher et M. Grenot ont insisté sur le fait que les élus de la CAC et de Syntéane entretiennent des relations régulières depuis maintenant une quinzaine d’années et plus récemment ils ont manifesté la volonté de travailler ensemble pour construire un projet d’avenir ambitieux dans les deux départements. Charentes Alliance qui fonctionnait jusqu’à présent comme un prestataire de service de commercialisation des céréales est en train de devenir une structure coopérative de travail indispensable aux deux entreprises « mères ». Le fonctionnement de l’union s’appuie sur un conseil de surveillance présidé par M. B. Foucher (M. Grenot étant vice-président) et regroupant 12 administrateurs et un directoire constitué de M. A. Cardinaud (le président), de Dominique Pertriaux et de Jean-François Grange.

A lire aussi

Grand Cognac présente au public son projet de PLUI

Grand Cognac présente au public son projet de PLUI

Grand Cognac organise 4 réunions d’information et une exposition pour présenter la traduction règlementaire du projet de PLUi, autrement dit les règles générales qui s’appliqueront à tout projet de construction, une fois ce futur document en vigueur. La première...

error: Ce contenu est protégé