ACBC – SICA XV : les associés bouilleurs de cru de Courvoisier

10 juin 2015

A la différence de la Sica des Baronnies, composée de livreurs de vin faisant distiller à façon, les coopératives ACBC et Sica XV rassemblent des bouilleurs de crus qui distillent chez eux et stockent tout ou partie de leurs eaux-de-vie à domicile. Le challenge qualité concerne à la fois les eaux-de-vie nouvelles et rassises.

 

 

Comme tous les ans, la coopérative ACBC (Association coopérative des bouilleurs de crus) et la Sica XV ont fait réunion commune après avoir tenu leur AG respective, chacune de leur côté (Distillerie Pinard pour l’une, musée Courvoisier pour l’autre). Le
14 avril 2015, la coopérative ACBC a ap-prouvé les comptes de son 35e exercice, une date anniversaire. A cette occasion, le président de la coopérative, François-Xa-vier Labrousse, est revenu sur la dimension qualitative des livraisons d’eaux-de-vie. Il a rappelé les fondamentaux du « style Courvoisier », dont le prélèvement de têtes lors des Bonnes chauffes. « Il convient de retirer au minimum 1 % de têtes. Le non-respect de ce minimum « tache » l’eau-de-vie d’odeurs cuivreuses et éthérées. Pour 5 litres de têtes, c’est un peu dommage de se priver d’une bonne note. » « Certains d’entre vous, a-t-il poursuivi, étaient enclins à penser que les critères qualité avaient changé. Rappelez-vous avec Edgar Faure que ce n’est pas la girouette qui tourne mais le vent. »

Des sociétaires de Fins Bois

La coopérative ACBC compte 94 sociétaires, tous de Fins Bois. Sur la récolte 2014, la mise en stock a porté sur 8 834 hl AP, autant dire 9 000 hl AP. Par rapport à 2013, ces volumes ont progressé de 2,7 % (233 hl AP). Une petite partie (718 hl AP) est livrée en 00 et a déjà fait l’objet d’un paiement à 100 %. Le reste, racheté en compte 1 en septembre 2016, fait l’objet d’un stockage à domicile (5 273 hl AP) ou à la coopérative (2 903 hl AP). Benoît de Sutter, le responsable eaux-de-vie de Courvoisier, a indiqué que, pour la première fois dans l’histoire de la coopérative, le montant des prêts relais consentis sur les volumes mis en stock avait dépassé les 2 millions d’€. « Par rapport à l’année dernière, il s’agit d’une augmentation de 28 %. Ce besoin de trésorerie s’explique par les investissements lourds réalisés sur vos exploitations en termes de replantation, d’équipement… » Les prêts relais ont concerné 44 % des marchandises logées chez Courvoisier et 36,4 % des quantités stoc-kées à domicile. Le taux négocié par Courvoisier auprès du Crédit Agricole – 1,35 % – a profité d’un contexte de coût de crédit exceptionnellement bas.

1/3 des volumes sur 6 ans

A ce jour, un tiers des volumes engagés à l’ACBC le sont pour 6 ans (récolte 2014 à 2019, voire 2021 car les eaux-de-vie sont livrées en compte 1). Autant dire que la proposition contenue dans le contrat-cadre 2014 a fait écho auprès des adhérents de la coopérative.

Présidée par Didier Bureau, viticulteur en Borderies, la Sica XV regroupe 78 adhé-rents, des crus Borderies, Grande et Petite Champagnes. Le volume engagé s’élève à 4 284 hl AP, pour une livraison en compte 3. Le stockage à domicile concerne la grande majorité des eaux-de-vie Sur le dernier exercice, la Sica XV a réalisé un chiffre d’affaires de près de 4 millions d’€ (10 millions d’€ pour la coopérative ACBC). Les notes qualitatives restent toujours optimales.

A l’issue de la réunion, il a été procédé à la remise des traditionnels Ceps d’or, récompensant les meilleures eaux-de-vie rache-tées à la coopérative ACBC en compte 1 (récolte 2012) et à la Sica XV en compte 3 (récolte 2010).

Pour l’ACBC a été distinguée l’EARL Clos Joly (Pierre-Henri Joly). A la Sica XV, un Cep d’or a été décerné pour chaque cru : en Grande Champagne, l’EARL Charbonnier (Jacky Charbonnier), en Petite Champagne, l’EARL du Pontillon (Jean-Philippe Brisson) et en Borderies, l’EARL des Barrières (Jérôme Guérin).

 

A lire aussi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Le projet du groupe est le maintien de la réduction significative des intrants phytosanitaires, fongicides et insecticides, d’au moins 50% par rapport à la référence et l’arrêt total du désherbage chimique, tout en maintenant la productivité. Cette viticulture...

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Guillaume Chaubenit adhére au Collectif 30 000 Martell. Il a choisi de tester le programme LUMA, un programme phytosanitaire sans DSR, avec des produits 5m pour les ZNT. Changement de pratiques, année à pression forte pour le mildiou, ce jeune viticulteur, confiant...

error: Ce contenu est protégé